Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2017 7 18 /06 /juin /2017 18:36

...Le Ministère de la Santé ralluma aussi les feux endormis des campagnes anti-tabac en faisant grésiller des pastilles sonores et visuelles sur toutes les ondes. Une guerre se déclarait contre une autre guerre, mais sans aucune commune mesure. Autant le terrorisme fondamentaliste étendait ses nuages noirs, autant la réaction des gouvernements semblait dérisoire. Les coups de menton de certains ministres, les envolées lyriques contre une guerre de civilisations et le choc des cultures, augmentèrent le malaise des populations.

Qui allait bien pouvoir trouver et arrêter ces odieux coupables ? « Ces lâches qui s’en prennent à des innocents… Ces fous de Dieu qui ne respectent même pas leur religion… »

Imperial Brands et Imperial Tobacco - firmes pour lesquelles travaillait, en France, le privé Jean-Paul Delacrosse - firent, de nouveau, appel à ses services. Deux autres enquêteurs privés, des deux côtés de la Manche, furent encore recrutés par les compagnies d’assurance. Allaient-elles devoir verser des millions d’euros ou de livres d’indemnités ? Car bien des procès allaient s’ensuivre. Que de combats juridiques en perspective ! Il fallait anticiper, tout calculer, évaluer ; prévoir le pire.

Comparé aux quatre cambriolages quelques temps plus tôt, le fléau actuel qui s’abattait sur l’industrie de tabac était hors norme.

Même si les cigarettes empoisonnées n’avaient pas été fabriquées par les usines d’Imperial Brands, l’amalgame était fait ! Daesh empoisonnait d’innocents fumeurs, qui eux-mêmes, par certaines émanations de polonium et d’autres métaux lourds, dégagés par la fumée des cigarettes incriminées, intoxiquaient aussi leur entourage. Des bébés, des personnes de santé déjà fragiles furent atteints de vomissements, de diarrhées aigües, de tachycardie, de syncopes… La liste était trop longue pour énumérer ce catastrophique catalogue.

Même si ce tabac mortel était une contrefaçon avérée, vendue uniquement sur Internet, les vendeurs de tabac, cafetiers, buralistes, commerçants dans leur ensemble, furent accusés de propager un mal plus terrible que la peste.

Daesh et son laboratoire clandestin, Daesh et la propagation de son poison par ondes interposées avait réussi son OPA sur l’économie et les gouvernements. Les glissements de sens, allusions, métaphores, fleurs de langage, s’étalèrent à la Une des journaux. On allait jusqu’à comparer les anciens cavaliers de l’islam, montés sur leurs petits chevaux et déferlant sur l’Occident et le Maghreb, il y a moins d’une quinzaine de siècles, avec l’actuel clavier des ordinateurs, qui, à chaque touche, répandait le poison islamique fondamentaliste.

Clavier martelé aujourd’hui, et sol frappé jadis par les sabots des chevaux arabes – un raccourci sonore frappait désormais les esprits. Le diable habitait la Toile ! Chitan avait envahi les computers, alors que le Prophète Mohamed, parti on ne sait où sur son cheval blanc, avait disparu pour toujours des écrans.

 

« Courants religieux radicaux, États musulmans, élites intellectuelles et universités dans le monde arabe, médias tels Al Jazeera, la rue « islamiste » et l’émigration avec l’échec des politiques d’intégration, tous ces vecteurs ont contribué au développement de l’islamisme radical au sein des populations arabes.

Celles-ci étaient allées de mirage en mirage, de désillusion en désillusion, ni les politiques socialistes ou capitalistes mises en place par leurs gouvernement pour développer leur pays, ni l’émigration et l’intégration dans les pays riches et démocratiques ne leur ont apporté ce minimum : une vie décente et digne.

Par son côté systématique et révolutionnaire, par le recours aux enseignements les plus radicaux de l’islam, par sa dénonciation morale et politique de l’Occident, par ses promesses édéniques et son incessante exaltation du sacrifice et du martyre, l’islamisme avait de quoi séduire toutes les couches sociales, les pauvres et les riches, les intellectuels et les ignorants, les libéraux et les conservateurs, les bourgeois et les révolutionnaires. » Gouverner au nom d’Allah, construire un État Islamique en détruisant d’autres États, tel était le but suprême !

Islamisation et soif de pouvoir dans un certain monde arabe, telle était la nouvelle foi !

...A suivre

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Venner Yann - dans roman
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog littéraire de Yann Venner
  • Le blog littéraire de Yann Venner
  • : poèmes publiés en recueils de l'auteur, ses romans noirs & cocasses, articles divers autour du polar, des littératures du Maghreb...
  • Contact

Recherche

Liens