Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juin 2020 2 16 /06 /juin /2020 12:14

Noire fiction adossée à l’Histoire,

le roman de Charles Doursenaud « Chaque jour vers l’enfer » ranime les braises de cette terrible période de la Révolution française : la Terreur. En Bretagne, dans le département des Côtes du Nord ; et plus précisément, dans la partie Nord-Ouest de ce département, aux portes du Trégor.

Tiré par un efficace attelage - désir d’Histoire et désir d’esthétique – ce récit nous tient en haleine par ses effets de réel, un vocabulaire très précis et des dialogues aux niveaux de langue variés ; et surtout par des personnages fictifs ou historiques, mais véritables vivants, porteurs d’entrailles.

Que ce soit par la noirceur de certaines scènes poussées jusqu’à l’horreur, que ce soit par la rigueur historique et le travail d’archiviste mené par l’auteur, que ce soit par la comédie humaine exposée ici dans toute sa perversité et ses abus de pouvoir, ce roman met en lumière la décomposition sociale. L’écriture met l’accent sur les antagonismes de classe, insiste sur les personnages jaloux, sans foi ni loi, prêts à tout pour succomber à l’argent facile, profiter de ventes illicites. Déchéance et bassesse humaine sont ici de mise. Et cette mise en voix, polymorphe, politique et poétique, sociétale, terriblement humaine, donne à ce livre son rythme échevelé et sa noirceur. Même si l’humour, quelquefois noir, vient ébaucher chez le lecteur un timide sourire.

Le couple de « héros » qui mène cette danse macabre veut abolir les frontières de l’Art et de la bienséance par le truchement de têtes guillotinées. Toute doxa est ici remise en cause, au profit d’un égoïsme morbide qui tourne à la plus totale perversion. On n’en dévoilera pas plus. Car cette enquête au long cours, je dis bien enquête, recherche, au sens grec du mot Historia, est une quête du Sujet aux prises avec l’Histoire. Une quête de l’individu, souvent victime ou bourreau dans cette époque cruelle, amorale, si bien nommée La Terreur. Charles Doursenaud n’est cependant pas un juge, mais un historien et un artiste. Pas question ici de confondre l’auteur et le narrateur. De juger cette période révolutionnaire à l’aune de la nôtre en 2020. Si certains personnages (le Président du Tribunal, l’Accusateur public, l’Administrateur du Directoire, le Président du comité de surveillance – titres tranchants comme un couperet) sont tous atteints « d’une véritable paranoïa de l’ordre », leur seule description physique et morale (basée sur de réels témoignages et documents d’archives) est un réquisitoire sans appel. L’auteur prend la peine, par la férocité du trait – quelquefois un peu appuyé, mais c’est là la liberté de l’écrivain et je la respecte, à décrire des personnages qui usurpent la plupart du temps leurs pouvoirs et qui passent pour de méchantes et dangereuses marionnettes assujetties à un jacobinisme ubuesque. Gonflés d’orgueil, baudruches grenouillantes, ces citoyens qui se haussent du col nous rappellent la fable de La Fontaine : « la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf. »

Balzac, Dumas père et fils, Eugène Sue, Léon Bloy, Mirbeau, les feuilletonistes de la fin du XIX siècle, toute une littérature dont on sent que l’auteur est féru. Le titre des onze chapitres et la teneur du prologue de « Chaque jour vers l’enfer » sont la preuve de la maîtrise de notre écrivain d’origine trécorroise et dont la passion est de relater les faits historiques de cette époque à travers d’autres publications dont il a le secret : écrire avec déontologie sur la chose publique, les faits divers qui ont défrayé la chronique locale à diverses époques, la Bretagne et les Bretons. Le style de Charles Doursenaud est à la bonne hauteur : humaine ; mais une humanité dévoyée, plongeant, nageant et baignant dans les turpitudes les plus graves. Éros et Thanatos sont ici convoqués ! Tristes cires ! Pour la gloire d’un récit flamboyant. Dont l’écriture oscille entre Ombre et Lumière, entre cruauté et beauté. Beauté de la création littéraire où l’auteur distille avec science et conscience informations tirées d’archives, et intrigues romanesques, dignes d’un bon polar, qui nous invitent à tourner les pages avec frisson et désir d’aventures.

Les lauriers des vainqueurs ou des conquérants n’existent ici que s’ils ont été acquis à la faveur de la boue, du stupre et du sang. Sang des victimes, des sans grade, des bannis et des oubliés de l’Histoire. Les suppliciés crient vengeance et seul un auteur épris de son art d’écriture peut ici leur rendre leur humanité. En la personne d’un Pierre Taupin, personnage exemplaire qui relance le récit « où tout est bien qui finit mal ».

Sauf pour l’écrivain Charles Doursenaud qui mérite, en gardant la tête sur les épaules, les lauriers de la gloire et de futurs prix littéraires.

Œuvre au service de l’Art et de l’Histoire, ce roman est digne de figurer dans la bibliothèque d’un honnête homme qui a du nez. Et du goût pour le récit d’Aventure - éternel désir d’histoires et d’esthétique.

 

 

Yann Venner, Trébeurden, le 13 juin 2020

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog littéraire de Yann Venner
  • : poèmes publiés en recueils de l'auteur, ses romans noirs & cocasses, articles divers autour du polar, des littératures du Maghreb...
  • Contact

Recherche

Liens