Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 19:00

 

CHAPITRE CINQ

 

Le grand débat

 

Certains parlèrent d’une invasion comparable à celle des Huns autrefois. On annonçait tout à la fois dans un délire des plus comiques : le retour des Barbares, des grandes migrations ; on évoquait Attila ainsi que les cavaliers de l’Islam juchés sur leurs petits chevaux arabes. Le péril jaune tant annoncé était enfin là… Seule la jeunesse respira. On n’allait plus parler du péril jeune, du moins pendant quelque temps.

La Chine débarquait dans un vol cataclysmique avec ses armées de coléoptères. Difficile à reconnaître pour un non initié la coocinelle asiatique, surnommée aussi« multicolored asian ladybird », présentait de nombreuses variétés. La coccinelle locale à deux points, à quatre points, à dix points, l’Adalia bi-punctata, l’harmonia 4-punctata, l’Adalia 10-punctata et la coccinelle à sept points craignirent pour leur vie. Soit elles se faisaient dévorer par la coccinelle asiatique, plus grande par la taille, plus invasive et plus vorace, soit elles mouraient écrasées entre les mains des humains, voire brûlées vives ou congelées. Des coccinelles, dont c’était une des spécialités de faire le mort pour échapper à leur prédateurs, n’osèrent plus remuer une antenne.

 

Un observateur averti aurait pris le temps de vérifier la couleur des six pattes, plutôt brunes et rarement noires chez la coccinelle asiatique. Un autre aurait mesuré les corps bombés : moins de cinq millimètres, elles étaient bien européennes, sauvées ! Et dire que ces belles étrangères travaillaient mieux que les nôtres, étaient plus efficaces et moins coûteuses… Imaginez que notre coccinelle à deux points est vendue plus chère dans les jardineries, qu’elle est moins féconde, mange moins de pucerons… Le choix est vite fait ! On choisit l’asiatique, gourmande, courageuse, prolifique, guerrière et ravageuse. Pourquoi s’encombrer de mauvaises employées plus fragiles, qui se laissent dévorer par leurs partenaires devenues leurs ennemies ?

 

Extrêmement vorace et polyphage, la coccinelle asiatique adulte se permet de passer l’hiver dans nos maisons puis, au printemps, à l’instar des bêtes à bon dieu européennes, l’accouplement a lieu. La femelle dépose une trentaine d’œufs par petits groupes sur des feuilles déjà envahies de pucerons. Une semaine écoulée et voilà les œufs qui deviennent larves molles, déjà affamées. Puis après plusieurs jours passés à dévorer tendres pucerons et cochenilles, c’est la nymphose. La nymphe reste quasi immobile et fixée au feuillage. Encore quelques levers de soleil, le nouvel adulte émerge, et le cycle recommence. Deux générations peuvent ainsi se côtoyer dans une même année.

 

On discuta donc de la notion d’espèce utile ou nuisible. Un débat télévisé entre deux sommités eut lieu. L’entomologiste bien connu Jacques Fabre ( à ne pas confondre avec Vabre, celui aux grains de café bombés comme des coccinelles ) et le juriste éco-responsable, délégué auprès du Ministère de la Santé. Ce dernier mit la charrue avant les bœufs, conclut derechef, voulant de suite capter l’auditoire, sans prendre le soin d’argumenter.

 

  • La coccinelle asiatique est absolument nuisible ! Il faut que nos téléspectateurs le sachent !

 

Son interlocuteur, calme, élégant, croisa les mains devant son visage et avec douceur, répondit.

 

  • Aujourd’hui, cette notion « d’utile et de nuisible » est devenue obsolète cher confrère ! Toute espèce, même la « multicolored asian ladybird » a sa place et joue un rôle qui participe à l’équilibre subtil de nos écosystèmes. Moi, je parlerai de ravageurs pour les espèces qui sont susceptibles de provoquer une perte économique pour l’homme, et d’auxiliaires pour les espèces utilisées par l’homme pour lutter contre les ravageurs. Vous me suivez, n’est-ce pas ?

 

Vexé d’être pris pour un pseudo-scientifique has been, le délégué écarlate et rouge coccinelle s’énerva. Il aurait bien traité son collègue de « ravagé » mais préféra le dire autrement.

 

  • Vos ravageurs sont une catastrophe considérable ! Et quant à vos auxiliaires, je n’ai pas de leçon de conjugaison à recevoir de vous ! Ni de grammaire d’ailleurs !

 

Ignorant l’ignorant, le brillant entomologiste poursuivit.

 

  • La coccinelle asiatique entre non seulement en compétition pour la nourriture et l’espace avec les coccinelles prédatrices indigènes mais, en plus, elle est capable de se nourrir directement de leurs larves, se comportant ainsi en prédateur intraguilde. Vous n’êtes pas sans savoir cher confrère qu’une guilde est un ensemble d’espèces utilisant les mêmes ressources telle notre Harmonia axyridis. Les membres d’une même guilde sont donc en compétition pour la ressource pucerons. L’acte de prédation sur un membre de sa propre guilde présente un avantage direct : gain énergétique sous forme de nourriture et un avantage indirect : élimination d’un compétiteur. Le fait que la coccinelle asiatique soit un prédateur intraguilde très efficace rend donc cette espèce invasive particulièrement dangereuse pour les populations de coccinelles indigènes.

 

Le délégué à la Santé, remis de ses émotions et pour faire bonne figure, se reprit, après avoir choisi de faire le mort - phénomène appelé thanatose chez la coccinelle quand elle veut échapper à un dangereux prédateur.

 

  • Il faut sauver nos coccinelles indigènes, cela ne fait aucun doute ! Mettons en place un système législatif qui permette d’exercer un contrôle et d’évaluer l’impact des agents utilisés en lutte biologique.

  • Nous sommes d’accord sur ce point cher ami. N’oubliez pas que l’affaire est grave. J’attends que votre Ministre de tutelle prenne les mesures qui s’imposent…

 

Suivit un documentaire insipide sur la vie des coccinelles loin d’exciter par leurs phéromones le moindre spectateur qui préféra zapper, sautant ainsi qu’une sauterelle ou une puce du coq à l’âne – se croyant libre de ses chaînes…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by yarniche - dans poèmes - romans
commenter cet article

commentaires

archimède 25/10/2010 18:05


Cet hiver, pour la quatrième année, l'association Edgar Faure investit le Palais du Luxembourg et réunit un jury de choix pour remettre son prix de la littérature politique.

Députés, sénateurs, portes paroles et journalistes feront partie du jury qui décernera le prix à l'écrivain politique de l'année. A l'initiative de Rodolphe Oppenheimer, petits fils d'Edgar Faure,
cet événement a pour vocation d'affirmer une volonté de placer au devant de la scène les auteurs et les éditeurs qui investissent le champ de la littérature politique.

Soutenir une production éditoriale de qualité, consolider les échanges entre les oeuvres politiques et le public, l'association a souhaité un prix moderne et prestigieux, là où Edgar Faure voulut
entreprendre le bicentenaire de la Révolution Française. Née en 2003, elle se veut d'accompagner l'engouement croissant pour la littérature politique. A partir d'une liste d'ouvrages politiques,
les éditeurs et l'association Edgar Faure ont sélectionné un certain nombre de livres qui concourront au prix.

Un hommage à Monsieur Faure
Soucieux de perpétuer la mémoire du Président Edgar Faure, le Prix de Littérature Politique Edgar Faure a été imaginé comme une manière de perpétuer la pensée du Président en formant un jury
éclectique au dessus des clivages politiques.

Visionnaire, tant sur le plan politique que sur le plan artistique, Edgar Faure aimait les arts qu'il n'a cessé de caresser de son intelligence tout au long de sa vie : Ecrivain, Auteur de romans
policier, Auteur Compositeur- Poète, Académicien Avocat, Ministre, Président du Conseil, Député, Sénateur, Maire... Edgar Faure fut tout au long de sa vie un serviteur de l'Etat.

Un jury prestigieux
Pour décerner le prix politique de l'année 2010, l'association a réunit un florilège d'hommes et de femmes du paysage politique et littéraire :
Roland Dumas - François Sauvadet - Pierre Moscovici- Jean-Claude Gaudin - Isabelle Debré - Gilles Catoire - Olivier Dassault- Pascal Buchet - Viviane Neiter - Gérard Miller - Mathieu Laine
-Elisabeth Guigou - Marie-Christine Tarby-Maire - Claude Ribbe - Philippe Chaix - Rodolphe Oppenheimer

Ce prix 2010 saura prouver que la diversité mêlée à la passion du livre politique peut permettre à une édition de qualité de prendre toute son importance.

Association Edgar Faure
23, rue Nollet - 75017 Paris / www.edgarfaure.fr


Présentation

  • : Le blog littéraire de Yann Venner
  • Le blog littéraire de Yann Venner
  • : poèmes publiés en recueils de l'auteur, ses romans noirs & cocasses, articles divers autour du polar, des littératures du Maghreb...
  • Contact

Recherche

Liens