Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 18:33

début

CHAPITRE I

 

 

Un lièvre déboula dans la clairière. Bientôt suivi de deux autres qui semblaient fuir un invisible ennemi. Au plus haut des arbres, parmi l’enchevêtrement des branches, le chant des premiers oiseaux s’éteignit.

Au milieu du pont métallique  qui surplombait la rivière, une vingtaine de crapauds s’étaient rassemblés en cercle, comme tassés sur eux-mêmes. L’eau de la rivière s’assombrit d’un seul coup. Des yeux des batraciens aux paupières mi-closes, filtrait une étrange lumière. Et de leurs corps rassemblés en bataillon, semblait pulser un unique cœur. Dans la clairière environnante, plus un bruit.

Ce calme inhabituel réveilla d’un seul coup Bouloche et Fripoune, un couple de marginaux qui habitait l’unique cabane de rondins. Dans le ciel matinal d’octobre, un maigre filet de fumée grise s’échappait du conduit de la cheminée.

-          Oh, Fripoune, tu dors ? T’entends … ? On n’entend plus rien…

-         Comment veux-tu que j’entende, si on n’entend rien ! ronchonna la femme en farfouillant dans sa tignasse.

-         Chut ! … Ecoute ! C’est bizarre… On dirait du silence…

-         C’est toi qu’es bizarre… Va donc donner à manger au poêle ! J’ai froid aux pieds !

Bouloche se leva, épiant la moindre trace de vie à l’extérieur. Seules ses jointures craquèrent. Avec application, il rechargea l’appareil de chauffage dont le fond ne contenait plus que quelques braises. Un journal froissé en boule, une poignée de brindilles sèches, suivi du souffle de l’homme suffirent à ranimer le foyer. Après qu’il eût glissé deux petites bûches de chêne et par-dessus une plus grosse, on entendit le crépitement du feu qui lançait à présent sa joyeuse lumière.

Fripoune se leva, enfila sa vieille robe de chambre en pilou et mit l’eau à chauffer. Bouloche était sorti, intrigué. Quand il rentra, il avait son visage des mauvais jours. Fripoune le regarda de biais.

-          Tu vas pas à la vigne ce matin ?

-         Non ! Le patron nous a donné not’ matinée. J’vais en profiter pour réparer le toit avant que les gelées arrivent. Bizarre, ce silence dehors…

-         Ben moi, j’vais aller aux champignons après mon café. A Beaune, j’ai trouvé un nouveau client. Un restaurant qui veut bien  m’acheter les derniers cèpes de la saison.

Le couple prenait son petit déjeuner quand la première explosion les surprit. Fripoune bondit sur son tabouret, renversa son bol. Bouloche sauta en l’air comme frappé par la foudre… Un épouvantable fracas, suivi d’une lumière aveuglante, leur transperça les tympans. Une deuxième explosion suivit, encore plus violente. Sous leurs pieds, la terre trembla. La cabane vibra ainsi que la table sur laquelle s’entrechoquèrent les couverts. Puis ce fut de nouveau le silence. L’homme regarda sa femme, atterré. Fripoune voulut parler, mais aucun son ne sortit. Sa bouche ouverte, à demi édentée, semblait celle d’un poisson à l’agonie. Et à travers les carreaux crasseux de la fenêtre, un soleil pâle filtra.

-          J’te disais bien qu’un silence pareil, c’était pas  du normal… !

-         Si c’est ça que t’appelles du silence, moi j’veux bien être changé en chèvre… !

-         Tais-toi Fripoune ! Tu vas nous attirer la poisse !

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog littéraire de Yann Venner
  • Le blog littéraire de Yann Venner
  • : poèmes publiés en recueils de l'auteur, ses romans noirs & cocasses, articles divers autour du polar, des littératures du Maghreb...
  • Contact

Recherche

Liens