Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 15:08

HYMNE AU VER DE TERRE in « mémoires d’encre… »

 

 

 

 

Le successeur de l’abeille à longues antennes est connu depuis hier. Le Lumbricus terristris a été élu «Animal de l’année 2011» par Pro Natura. Cette espèce de vers de terre, la plus commune de Suisse, se voit récompensée pour le rôle capital qu’elle joue sur la vitalité des terres. Les lombrics qui se résument à un tube digestif, produisent jusqu’à 100 tonnes d’humus par hectare et par année. Une masse d’engrais cruciale pour les sols.

 

Sous l’eau, c’est la truite de lac qui est sacrée «Poisson de l’année 2011», par la Fédération Suisse de pêche (FSP). Ce salmonidé, qui par ailleurs doit être friand de lombrics, remonte les rivières pour frayer. Mais les obstacles infranchissables qu’il rencontre le long des cours d’eaux mettent en péril l'espèce. «Nous avons choisi cette truite, car elle illustre parfaitement la problématique de la renaturalisation des rivières», précise Roland Seiler de la FSP.

 

Chez les oiseaux, le lauréat ne sera pas connu avant la fin du mois. «Mais il s’agira d’une espèce forestière, en raison de l’année internationale de la forêt», promet l’Aspo/Birdlife Suisse.

 

L’ONU couve, elle, un autre volatile en décrétant 2011 «Année de la chauve-souris». Elle veut ainsi attirer l’attention sur les 1100 espèces de chiroptères, dont la moitié sont menacées. Ces petits mammifères volants aident au maintien de l'équilibre des forêts de la planète.

 

 

Description : Description : http://lh6.googleusercontent.com/_yyDnJlW7HeI/TKp0ykLx83I/AAAAAAAAFDw/PlQJVe4n8q0/photo.jpg

 

 

 

 

 

 

Ce livre est dédié à Armand Robin

 

 

Né à Plouguernevel en 1912 dans une famille de cultivateurs bretons, enfant surdoué, Armand Robin fut poète, critique et traducteur en vingt-deux langues. Attiré par le communisme, mais déçu aussitôt, il dénonce le stalinisme et adhère à la Fédération anarchiste. Arrêté pour désordres sur la voir publique, Armand Robin, esprit libre, réfractaire, connut une mort suspecte en 1961 dans les mains de la police française.

 

 

 

 

 

 

L’intelligence a été donnée à l’homme pour lui permettre de dresser le constat de "l’éternelle imposture" sur laquelle repose la marche du monde ; une fois cette prise de conscience effectuée, la vie se révèle belle et joyeuse. Il s’agira alors de ne viser que son accomplissement, dégagé le plus possible des contraintes exercées par le Léviathan social.

 

 

"Je ne peux pas supporter l’idée qu’un homme puisse en dominer un autre, surtout pour une question d’argent." ; "Les nouilles ne nourissent pas aussi bien qu’on le prétend chez les mangeurs de canard." ; "Si vous essayez depersuader un chat ou un chien que Dieu existe, il ne vous écoute pas..." ; "Je suis un ennemi de l’autorité." Des centaines d’aphorismes et de citations de celui que René Fallet définissait comme "un poète qui descend dans la rue comme une émeute."

 

Dans les discours du catastrophisme scientifique, on perçoit distinctement une même délectation à nous détailler les contraintes implacables qui pèsent désormais sur notre survie. Les techniciens de l’administration des choses se bousculent pour annoncer triomphalement la mauvaise nouvelle, celle qui rend enfin oiseuse toute dispute sur le gouvernement des hommes. Le catastrophisme d’État n’est très ouvertement qu’une inlassable propagande pour la survie planifiée - c’est à dire pour une version plus autoritairement administrée de ce qui existe. Ses experts n’ont au fond, après tant de bilan chiffrés et de calculs d’échéance, qu’une seule chose à dire : c’est que l’immensité des enjeux (des "défis") et l’urgence des mesures à prendre frappent d’inanité l’idée qu’on pourrait ne serait-ce qu’alléger le poids des contraintes sociales, devenues si naturelles".

 

Confrontant la réflexion politique et écologique à des valeurs, et redonnant à la sensibilité et à l’humour une place qu’ils n’auraient pas dû perdre, ce livre ne propose pas de théorie toute faite pour assurer la survie de l’espèce. Mais, à travers ses chapitres brefs et pénétrants, qui sont autant d’analyses de la réalité concrète dans laquelle nous vivons, il nous invite à reprendre à notre compte et à poursuivre l’interrogation. Et nous suggère que, pour remettre sur ses pieds un monde qui marche sur la tête, c’est en chacun de nous que doit s’opérer le rétablissement.

La décroissance n’est pas la croissance négative. Il convient de parler d’« a-croissance », comme on parle d’athéisme. C’est l’abandon d’une foi ou d’une religion, celle de l’économie, progrès et développement. S’il est admis que la poursuite indéfinie de la croissance est incompatible avec une planète finie, les conséquences (consommer moins) sont loin d’être acceptées. Il est encore temps de changer de trajectoire et d’imaginer un système reposant sur une autre logique : une société de décroissance.

 

 

Après l’extermination de la mégafaune par nos ancêtres chasseurs-cueilleurs, la socialisation de la nature se caractérise, avec l’apparition de l’agriculture et d’une société de classes, par la concurrence pour le surplus de production. Une logique à l’œuvre notamment dans les grandes civilisations englouties : Sumer, Rome, Mayas, etc. Mais les sociétés industrielles modernes se distinguent par leur compétence sans précédent à dominer la nature, avec une capacité unique dans l’histoire : détruire les écosystèmes à l’échelle planétaire. Pourtant, l’idéologie dominante, fondée sur le culte de la croissance, persiste à nier que notre organisation sociale engendre ces comportements mortifères. Un renversement des valeurs et une modification de la relation des humains entre eux sont aujourd’hui indispensables à la survie des espèces.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Préface

 

 LIEUX MYTHIQUES ET  CRÉATION LITTÉRAIRE

Il est des lieux qui gagnent leur dimension mythique lorsque la  littérature s’en saisit pour explorer leur mémoire, leur donner une personnalité et produire des discours qui les rendent éternellement présents, nous parlent toujours.

Des terres anciennes, des sites archéologiques, le désert de sable ou ses massifs sculptés, les rivages, les terroirs, ont nourri bien des récits de diverses factures, fictionnelle, historique, philosophique, autobiographique…Pour ne citer qu’un exemple parmi une multitude, on ne peut ignorer à quel point les déserts ont investi les imaginaires des romanciers ? Le désert, comme référent et métaphore, prétexte à la réflexion mystique de la quête du Sens. Autre territoire, les chants camusiens pour Tipasa célèbrent les « noces du soleil et de la mer », celles de l’homme et de la nature.

 

Description : C:\Documents and Settings\Administrateur\Bureau\ruines.JPG

Cette poésie du bonheur se vit plus intensément encore lorsque l’on creuse, fouille, enquête sur ce formidable patrimoine terrestre qui affleure, sur cette Terra incognita qui nous porte tous, nous frêles humains, soumis à tous les vents.

Quelle relation s’établit alors entre un lieu géographique avec ce qui l’anime et la création littéraire ? Comment cette dernière, à travers des contextes socio-historiques et esthétiques et à partir d’une posture particulière, celle d’un écrivain avec sa propre mythologie, métamorphose la perception des lieux, leur donne du sens ou le renouvelle, l’inscrit dans un patrimoine culturel, personnel ou collectif, voire universel ?

Quelle cartographie vivante des lieux mythiques peut nous offrir la littérature d’ici et d’ailleurs?

Ce roman tente de répondre à toutes ces questions, et de les illustrer par un récit à la fois historique et esthétique. Par cet éternel attelage - tiré par les chevaux de l’écriture - du poétique et du politique, labourons la mémoire des temps & des lieux.

Ce livre se veut le berceau qui vous accueille, vous lectrice ou lecteur, pour vous faire grandir, tout en vous questionnant.

Puisse cette œuvre modeste être à la bonne hauteur : humaine, tout simplement !

Partager cet article

Repost 0
Published by yarniche - dans poèmes - romans
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog littéraire de Yann Venner
  • Le blog littéraire de Yann Venner
  • : poèmes publiés en recueils de l'auteur, ses romans noirs & cocasses, articles divers autour du polar, des littératures du Maghreb...
  • Contact

Recherche

Liens