Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 12:45

mer

 


Interview de Yann Venner par Olivier Caillebaud en juin 2010 au sujet de "Cocktail cruel", roman de Yann Venner

Repost 0
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 12:31

Yann Venner

Black Trélouzix (05/08/2007 publié dans : blacktrelouzic )

Black Trélouz ix « Youcef lui avait appris que seules les consonnes (en arabe) étaient fixes, stables, et que les voyelles – étant...

misère sur toute la ligne (21/06/2007 publié dans : essais littéraires )

Que ce soit sur une ligne de coke, que ce soit sur un air de blues, que ce soit la guerre entre frères, où se situe les sans frontières ?Les déracinés du bourre-pif, les chassés-croisés du steak-frites, les abandonnés sans racines, où...

essai de géométrie factice (10/05/2007 publié dans : essais littéraires )

                                                Un trait peut...

sculpteur de mots (10/05/2007 publié dans : essais littéraires )

                                                 ...

Petit traité d'ethnologie bretonne (25/04/2007 publié dans : essais littéraires )

                                     Petit traité d’ethnologie...

décès de mon grand frère d'encre... (24/04/2007 publié dans : essais littéraires )

Driss Chraïbi, le grand semeur est parti enquêter ailleurs, avec son altermégot, l’Inspecteur ALI, gendre du Prophète, fils du gardien d’un four public… A moins qu’il ne creuse au fond d’un puits pour en retirer l’eau de la...

Marcel,nouvelle (24/04/2007 publié dans : essais littéraires )

                              Rêve de chien.     Ce matin-là, à l’heure où l’épeire des...

roman noir (24/04/2007 publié dans : essais littéraires )

J'ai écrit en 2005 BLACK TRELOUZIC, roman noir et cocasse qui se passe dans un village imaginaire des Côtes d'Armor. Trilogie complète en un seul volume, préfacée par Driss Chraïbi, ce livre est publié aux éditions HORIZONA & Co et est...

poème pour les écoles (25/03/2007 publié dans : essais littéraires )

" Mêm' pas vrai !" Un enfant a trouvé Respect et tolérance dans tous les dictionnaires du bon pays de France. Il s'est dit : " C'est super ! J'ai des droits ! Vive l'enfance ! Il a aussi cherché ces mots-là dans la rue, mais ne les a ni vus,...

nouvelle, Les Glotomuches (27/04/2006 publié dans : blacktrelouzic )

Nouvelle inspirée - de très loin - d’un roman d’Albert Camus : La peste   LES GLOTOMUCHES ONT DES BRIQUETTES     Midi sonnait au champignard de Glotoville. Les Glotomuches, pressés, sortaient de leur jobinard et les rues, d’un...

nouvelle, Hypermnésie (27/04/2006 publié dans : blacktrelouzic )

HYPERMNÉSIE     Flaques de vie. Bourrasques. Ressacs. Eaux mêlées. Le bruit grouillant des galets sur la grève s’agglutine à mes oreilles. S’accroche à mes basques l’humide odeur du varech. Il est midi, l’heure du...

nouvelle, Le châtiment (27/04/2006 publié dans : essais littéraires )

LE CHÂTIMENT     “ Le sixième jour de la lune de Novembre, le peintre Janus Baum acheva sa toile ; ou plutôt la signa. Geste qui marquait - en effet - le signe d’un total achèvement, d’une finition certaine ; à moins que le...

nouvelle, le pouce qui glousse. (27/04/2006 publié dans : blacktrelouzic )

LE POUCE QUI GLOUSSE     Il était une fois, une main dont le pouce malicieux n’arrêtait jamais de se moquer de ses petits camarades, les autres doigts. Pouce était le meilleur : Pouce se croyait le plus malin ; Pouce était le Roi de la main. Il se...

2 poèmes (27/04/2006 publié dans : blacktrelouzic )

Illusion   Mes galops ne sont pas de trop dit le cheval à ses sabots. Entre ma queue et ma crinière s’agite un champion sans manières   un étalon dès la naissance armé de gloire et de puissance un destrier de haut lignage ...

douleur/littérature/Maghreb (27/04/2006 publié dans : blacktrelouzic )

ALGER, mon beau navire. Face aux grandes philosophies, il semble que l’on puisse mettre en avant toutes les déclinaisons de la douleur. Ce mot, grave, donc très lourd à assumer, inscrit au coeur de l’humain une blessure inacceptable. Et pourtant, "il...

roman (27/04/2006 publié dans : blacktrelouzic )

BLACK TRELOUZIC (TRILOGIE BRETONNE )   - MARCEL ( roman primeur ) Patatès Blues Année 1990 à Trélouzic. Un tueur abject. Une commune en déroute ; puis révoltée. Qui l'emportera ? Marcel Québir, homme-cauchemar, empli de morgue...

Calendrier

Mars 2008

L

M

M

J

V

S

D

 

 

 

 

 

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

31

 

 

 

 

 

 

 

Newsletter

Inscription à la newsletter

 

 

Articles récents

liste complète

 

Recherche

 

 

créer un blog sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur avec TF1 Network - Signaler un abus

 

Repost 0
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 12:27

                    Une pointure de trop

 

 

Ferdi Lance(1) était un policier de haut vol. Le meilleur de tous. Le meilleur, en tous cas, de la brigade des Abatscides - brigade chargée, comme on le sait, de la protection de l’aéroport international  Toul’house Blaniakbar.

Ferdi était payé pour enrayer tout acte terroriste, prévenir tout détournement d’avion, empêcher le trafic illicite d’armes stupéfiantes, pour prendre le Mal à la gorge, l’étrangler, et le terrasser. Véritable terrassier du crime, Ferdi Lance était aussi un pauvre ver de terre, petit lombric rampant amoureux des étoiles. En d’autres termes, il aimait les hôtesses de l’air, en consommait à foison, toujours preux chevalier servant et à la noble figure ; toujours prêt à défendre l’honneur de ces haquenées du ciel, voler à leur secours et prendre sous son aile ces belles étrangères égarées tels des albatros - une fois débarquées à terre.

Il vivait d’ailleurs depuis quelque temps avec une charmante Nastasia, hôtesse biélorusse de passage, pulpeuse blonde de vingt-six printemps. La dame en transit jouissait d’indéniables atouts ; mais le travail avant tout !

Toujours sur la brèche, plus souvent sur le tarmac que dans son hamac, Ferdi Lance courait sans cesse d’un terminal à l’autre, inspectait les soutes, reniflait le moindre bâton de shit (oeuvre de Chitan), et n’hésitait pas à faire main  basse sur tout colis suspect. Il était partout et nulle part à la fois. C’était, on vous l’a dit, un policier de haut vol.

Ses collègues les plus instruits le surnommaient Aker, génie à double tête personnifiant la terre dans sa matérialité et dont il assurait la cohésion. Représenté, à l’origine, comme une bande de terre ayant une tête humaine à chaque extrémité, Aker prit plus tard  l’aspect d’un double sphinx. Préposé à la garde des issues de l’au-delà, il était l’adversaire du défunt qui cherchait à y pénétrer. Par sa fonction, il protégeait dons Osiris.

 

On annonça « le vol 732 pour Le Caire. Embarquement immédiat. » La voix chaude et voilée de l’hôtesse invitait au désir... On eût dit un appel à l’extase, à une élévation certaine, à un voyage hors de soi. Bien mieux que la voix de l’imam du haut de son minaret. Les quelques islamistes, musulmans, coptes, chiites de tout poil, sans compter les athées et les chrétiens de toutes confessions, se hâtaient tranquillement, comme anesthésiés par la voix d’Anastasia, car c’était elle. Les cartes d’embarquement dûment enregistrées, on prit la navette pour se rendre à l’avion de la compagnie Egypterranée.

Ferdi Lance, habillé en civil, faisait partie de la centaine de passagers. Il avait repéré, véritable instinct de sa tête chercheuse, un candidat à l’arrestation virtuelle. L’homme, âgé de soixante-dix ans environ, lisait le quotidien El Watan. On le croyait voyager sous le nom d’Eloi Than, ressortissant belge né à Hanoï, le trois mars 1930, de mère khmère et de père inconnu, quoique certaines langues avançaient - bien qu’à reculons - qu’il était le fils d’André Malr... quand ce dernier était à Vientiane quelques années plus tôt, parti trafiquer le patrimoine religieux - véritable voie royale à l’époque, s’il en était...

L’homme était en fait un simple tailleur de pierre à la retraite, reconverti cependant en agent de change, travaillant secrètement pour le compte de la banque cairote  Schliemann and Grote.

Ce septuagénaire se rendait à l’anniversaire de son petit-fils, le gentil  Abdel Rhamane.

Ferdi Lance regardait les chaussures de l’homme. Discrètement. Mais pas assez cependant pour que le vieux ne remarque le manège du vrai faux policier démasqué. René Van Thaï, de son véritable nom, baissa alors le pantalon bouffant qui lui serrait la taille, discrètement. Afin de mieux dissimuler ses chaussures. Ferdi Lance, sortit alors de l’anonymat.

 

  -  Mains en l’air ! Plus un geste ! Et que personne ne bouge ! Police de l’aéroport ! hurla-t-il, le badge dans une main et l’arme dans l’autre - un pistolet Vico et Khaldun .35 mm à double obturation, capable de descendre un escalier de marbre.

Figé, l’homme fut appréhendé, prié de retirer ses chaussures, les mains au ciel.

 Ce fut un triple échec. Premio, les contorsions du suspect retirant ses baskets  Naïke el Jordan, firent tordre de rire les voyageurs descendus du bus. Deuxio, le soit disant terroriste ne portait que de simples chaussures de sport qui émettaient un vif éclair de lumière rouge quand on les frottait l’une contre l’autre. C’était, affirmait-il, pour les douze ans de son petit-fils ! Du 41 ! Comme lui. N’avait pu résister au  plaisir de les essayer. Rien n’y fit. On débarqua le malheureux, accusé d’être un séide à la solde de la mouvance islamiste qui en avait fait voir de toutes les couleurs au monde entier depuis un fameux 11-Septembre. On connaissait la musique ! Et son grand orchestre peu splendide. Plutôt du genre explosif, le chef d’orchestre et son armada de cymbales, percussions de coups bas, sirènes d’alarme et tout le bataclan. On s’y entendait, pour faire parler la poudre. Dialogue de soufre et de malentendants.

« Pas de fumée sans feu, dit-on depuis dans le quartier des affaires, à Manhattan. »

Le vol 732 en partance pour Le Caire fut retardé. Une heure plus tard, on embarqua de nouveau le personnage. Fausse alerte. Fausse piste pour Ferdi Lance.

Une heure plus tard - tertio - au-dessus de la Méditerranée, l’avion explosa en plein vol. Cent dix-huit morts. La bombe miniature dernier cri n’était pas dans les chaussures, mais sous le chèche du voyageur kamikaze. Il aurait suffi à Ferdi Lance de ne pas se focaliser sur les baskets dudit René Van Thaï ; mais que voulez-vous ! Une erreur humaine et voilà 118 humains expédiés dans les limbes, qui au Paradis, qui aux enfers, ou en train de purger leurs os dans la strate-os-sphère si bien nommée.

Ferdi Lance n’était pas fait pour devenir inspecteur en chèche. Encore une fois, ce fut à la mouvance Al Khaïda qu’on fit porter le chapeau. Ce qui donna encore une fois la grosse tête à Ben Laden et ses sbires, qui en rirent jusqu’à plus soif.

De rage, Ferdi but seize bières ce soir-là, pour oublier son drame.

Nastasia repartit au pays, pour un vol qualifié de définitif, avec un pilote russe de l’Aeroflot.

Flûte ! dit Ferdi Lance, perdu dans son hamac.

 

A la nôtre ! et nazd’rovié ! dit Vladimir Routine en actionnant vigoureusement son manche à balai, sous le regard éthéré de son hôtesse adorée, tandis que l’avion montait, à l’assaut du ciel pur.

 

Le surnommé Aker, policier de haut vol, fut révoqué. Il avait été une pointure de trop, contre une forte tête. Le soir même, il se tira deux balles, une dans chaque pied. Histoire de tourner la page. L'ancien fer de lance de la police vécut désormais et jusque dans l'au-delà, avec cent dix-huit fantômes à ses trousses.

Pas de quoi prendre son pied.

 

                                             FIN

Ferdi en arabe signifie paria ou revolver.

 

Nouvelle parue dans la revue Algérie/Littérature Action numéro 73-74, mars 2004, pages 41 à 43. Editions MARSA, Paris

LIBRE DE DROITS

 

Yann Venner

venneryann@orange.fr

0631069020

Repost 0
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 12:21

Yann Venner : Lumière pour les oubliés
Sombre enquête en Bretagne. Le commissaire Cesare Le Tellier enquête sur la disparition de sans-papiers en Bretagne. Dans ce roman, on y croise un écrivain haïtien, une famille tchétchène, mais aussi des citoyens engagés se mobilisant pour les défendre ou les protéger (parfois au péril de leur propre vie). A travers ce polar, l’auteur aborde le thème des migrants et du droit d’asile. Il dénonce une Europe aux frontières renforcées engendrant des situations humaines dramatiques.
Enseignant, poète et romancier, Yann Venner réside en Côtes d’Armor. Lumières pour les oubliés est le dernier volet d’une tétralogie policière débutée avec Black Trélouzic (2005), puis Aller simple
pour Trélouzic
(2006) et La disparue de Guingamp (2007).
Ed. Le Cormoran, mars 2009. Dist. Coop-Breizh, 15 €. coop-breizh.fr
www.venneryann.com
Catherine - septembre 2009

 

Ce roman sera distribué par DE BOREE à partir d’avril 2010

 

Repost 0
Published by yarniche - dans poèmes - romans
commenter cet article
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 21:23

La ronde du printemps

 

Chaleur incandescente

O fluides amoureux

J’attends que tu descendes

Au creux de mes pensées

 

Je me retournerai

Voir si ton cœur me suit

Dans la vapeur brumeuse

Des jours nus et des nuits

 

Nuits de froide vigueur

Où règne solitaire

La glace de mon cœur

Pris en délit de toi

 

Et si je t’imagine

Fondante de désir

Alors j’aurais trouvé

Ma perle ton plaisir

 

Etrange botanique

Herbier vivant bocage

Ton souffle est un mystère

Habillé de lumière

 

Baroque est ma pensée

Mes actes des douceurs

Qui embrasent ton nom

Ophélie muse amère

 

Dans les plis du printemps

J’ai dénoué les fils

D’un hiver qui s’achève

Au creux du souvenir

 

Et plongeant dans l’eau claire

D’une source alanguie

Tu me rejoins vivante

Loin de toute insomnie

 

 

Je décline ton nom

Chaque lettre féconde

Un chant joyeux et doux

Irradie comme une onde

 

Tous nos bonheurs

Passés, le futur enchanteur

Les courbes de ta voix

Pleuvent de rire pleuvent

 

Vision blême vision

Unis dans une étreinte

Nos corps à l’unisson

Tournons valse tournons

 

 

 

Ainsi s’en est allé

L’hiver au cœur de poudre

Laissant place au printemps

De foudre verte

Et d’éclairs transparents

 

Courir à deux dans les rameaux nouveaux

Tendre est la pluie vernale et fraîche

Nous nous désaltérons

Bouches sèches présentes

 

Adieu cruelles eaux

Réchauffe-moi beauté

Fais que la terre enfante

La vie chaque fois neuve

 

Chaleur incandescente

O fluides amoureux

Au creux de nos pensées

J’attends que tu descendes

 

Repost 0
Published by yarniche - dans poèmes - romans
commenter cet article
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 21:12
SAmedi 26 & Dimanche 27 Mars, je serai au Salon du Livre de Paris, porte de Versailles, stand D29 afin d'y dédicacer mes livres sur le stand de l'imprimerie LABALLERY, située dans la NIEVRE à Clamecy !
2 romans donc : "Lumière pour les oubliés"
et COCKTAIL CRUEL"

Qu'on se le dise... sauf aux...cons... se le dise...!
Repost 0
Published by yarniche - dans dédicaces
commenter cet article
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 00:11

Sortie début mars 2010

COCKTAIL CRUEL

 

 

 

Entre Côtes d'Armor et Côtes de Beaune, le monde de la mer et celui du vin vont se rencontrer. Sous la forme d'une talentueuse actrice de cinéma, née en Bretagne. Elle va tomber sous le charme d'un propriétaire négociant en vins de Bourgogne. Il est de plus producteur de films.

Isabella et Antoine, entourés de deux sœurs appelées les vignoleuses, vont vivre un très bel amour, jusqu'au jour où le destin s'en mêle… Entre Beaune, Jobigny La Ronce, L’Île-Grande et Saint-Brieuc.

L'infernal ballet cinématographique, sous le signe de la science et du vin, va être animé par une double enquête entre Bretagne et Bourgogne. Deux commissaires de police auront alors à décrypter un film plutôt noir. Un roman qui rend hommage au monde de la nature, du vin et du cinéma.

 

                                                          

 

Yann VENNER, né à Saint-Brieuc en 1953, vit entre Bretagne et Bourgogne. Ses recherches l'ont amené à extraire la quintessence de la vie : « Tourné vers les autres, j'aime toutes les formes d'écritures, et les bons vins. »

Quatre romans déjà parus, des recueils de poèmes et des articles sur les littératures francophones, jalonnent son parcours. Après une tétralogie romanesque - drolatique et noire - sur la Bretagne, il nous livre ici un nouveau roman dans lequel suspense, humour, science et écologie se croisent.

 

Un éco-polar à déguster sans modération !

 

 

 

15 euros, Le Cormoran éditions, distribué par De Borée

 ISBN 9782916687094

Repost 0
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 12:14
1 - Paris, fin mars : salon du livre, stand St Brieuc... à préciser
2-Beaune, (21200) 8 au 11 avril festival livres et films policiers
3-Châlon sur Saône Librairie La Mandragore, samedi 17 avril
4-Savigny Lès Beaune, Premier & Deux mai, château de Villamont
5 - Jeudi vendredi 13, 14 mai Château de Chamilly , Chamilly, (71)
6 - Beaune, marché samedi 15 mai, chez Moilard-Grivot
7 - Penmarch, vers Quimper en Bretagne, 23 au 25 mai, salon polar du Goéland Masqué.
8 - 25 & 26 septembre QUESSOY près St Brieuc 22000 Bretagne salon "Litt' et Nature"
Repost 0
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 12:10

Nostos algos (nostalgie, retour de la douleur)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

  • Répondre en citant
  • Editer/Supprimer ce message
  • Supprimer ce message
  • Voir l'adresse IP du posteur
  • Faire un rapport du message à un admin ou un modérateur
  • Verrouiller les rapports de ce post

Nostos algos (nostalgie, retour de la douleur)

Message  yann Venner Aujourd'hui à 10:30

« Un tesson de silence habite ma mémoire

Et déchire le voile d'un souvenir ancien.

Sourde blessure d'où coule l'encre de l'Histoire

J'entends le vent de mer mystérieux musicien.

Morne lune cachée

J’habite dans la boue des cieux ;

Le soleil effacé

Ne réchauffe plus

Le cœur des
aïeux... »

_________________
La poésie n'est pas du vent, c'est le vent qui est poésie. YV.
http://www.venneryann.blogspot.com/
http://www.venneryann.com/

yann Venner
prince du site
prince du site

Masculin
Nombre de messages: 1028
Age: 56
Localisation: Bretagne
loisirs: lecture/écritures/balades au bord de la mer
Humeur: humour, mélancolie, tendresse
Date d'inscription: 25/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé http://wwwvenneryann.blogspot.com/ venneryann@hotmail.fr

Revenir en haut Aller en bas

  • Répondre en citant
  • Editer/Supprimer ce message
  • Supprimer ce message
  • Voir l'adresse IP du posteur
  • Faire un rapport du message à un admin ou un modérateur
  • Verrouiller les rapports de ce post

C'est une création...

Message  yann Venner Aujourd'hui à 10:31

Donc, pas de tristesse, simplement une respiration en l'honneur
d'un passé & à l'avenir, toujours présent au coeur du poète : on écrit
pour demain...

_________________
La poésie n'est pas du vent, c'est le vent qui est poésie. YV.
http://www.venneryann.blogspot.com/
http://www.venneryann.com/

yann Venner
prince du site
prince du site

Masculin
Nombre de messages: 1028
Age: 56
Localisation: Bretagne
loisirs: lecture/écritures/balades au bord de la mer
Humeur: humour, mélancolie, tendresse
Date d'inscription: 25/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé http://wwwvenneryann.blogspot.com/ venneryann@hotmail.fr

Revenir en haut Aller en bas

  • Répondre en citant
  • Editer/Supprimer ce message
  • Supprimer ce message
  • Voir l'adresse IP du posteur
  • Faire un rapport du message à un admin ou un modérateur
  • Verrouiller les rapports de ce post

Re: Nostos algos (nostalgie, retour de la douleur)

Nouveau message  sarah Aujourd'hui à 10:44

yann Venner a écrit:« Un tesson de silence habite ma mémoire

Et déchire le voile d'un souvenir ancien.

Sourde blessure d'où coule l'encre de l'Histoire

J'entends le vent de mer mystérieux musicien.

Morne lune cachée

J’habite dans la boue des cieux ;

Le soleil effacé

Ne réchauffe plus

Le cœur des
aïeux... »

j'entends ton coeur
se battre contre la douleur
je l'entends chanter
son désir de hanter
une prairie de sourire

je te souhaite bonne journée, Venner

sarah
Admin
Admin

Féminin
Nombre de messages: 1445
Localisation: Maroc
Date d'inscription: 12/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message e-mail

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 
 

Supprimer le sujet Envoyer à la corbeille Déplacer le sujet Verrouiller le sujet Diviser le sujet Fusionner les sujets 

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Vous pouvez modérer ce forum
Nostos algos (nostalgie, retour de la douleur)#32116#32116
Repost 0
Published by yarniche - dans poèmes - romans
commenter cet article
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 09:00
yann-en-dedicace.jpg
Repost 0
Published by yarniche - dans dédicaces
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog littéraire de Yann Venner
  • Le blog littéraire de Yann Venner
  • : poèmes publiés en recueils de l'auteur, ses romans noirs & cocasses, articles divers autour du polar, des littératures du Maghreb...
  • Contact

Recherche

Liens