Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 13:28

Fanch le rêveur sort de son sommeil, le front encré. Il relève la tête, lentement.

La pluie se met à tomber, bruine légère. Demain c’est la rentrée des classes. Fanch n’y pense guère, il n’a pas eu d’enfant. Marié avec la mer, il a connu des femmes bien sûr. Georgette, son ancienne maîtresse, assassinée par Marcel Bozec, en 1990 ; Adrienne, et puis quelques autres, des anonymes de passage. Il repense aussi à la jeune femme, retrouvée morte- il y a quatre ans - dans le port de Trélouzic. Triste dépouille agrippée à son bateau de pêche. Eugène et lui avaient surnommé cette belle Algérienne l’Etoile. Une pauvre étoile tombée à la mer. De sales militaires, anciens de l’OAS, lui avaient réglé son compte. L’avaient fait disparaître, droguée et noyée pour essayer d’échapper à leur honteux passé de tortionnaires et de violeurs. Halima Djemaï était morte. L’Algérie pansait toujours ses blessures. Il manquait désormais une étoile. Au cœur de chacun. Au cœur de la galaxie des vivants, attirés trop souvent par les trous noirs. Aspirés par les gouffres - insondables - de la violence.

Pour Fanch, ce n’est pas de l’histoire ancienne. Sa mémoire n’est pas un tableau noir que l’on essuie chaque soir.

Il ne fréquente pas l’univers des enseignants. Ou si peu. Il sait que les méthodes ont évolué, qu’on ne frappe plus les enfants, que l’école primaire est encore un petit paradis, pour la plupart des gosses. Après, ce n’est plus la même chanson. Compétition, résultats, valse des notes et des contrôles, collège, lycée, le passage obligé de la réussite. Tant mieux pour ceux qui aiment ce genre de combat, plus ou moins douteux. Toutes les pièces sortent donc du même moule ; plusieurs cependant, en miettes, en pièces détachées... de tout.

Mais autrefois, ce n’était pas la joie non plus. Souvent, les instits ne présentaient au Certificat d’Etudes que les meilleurs élèves. Les moins bons, les laissés-pour-compte se retrouvaient sur le carreau, souvent laminés par le rouleau compresseur de l’apprentissage. Certains s’y retrouvaient, d’autres non. L’école avait changé, mais la sélection existait toujours. Métier difficile, semé d’embûches.

Fanch connaissait le directeur, qui venait acheter son tabac chez Eusebio, au « Café du Loup rouge ». C’était un brave type, taiseux, proche de la retraite et aimé de ses élèves. On se croisait quelquefois sur la mer d’un salut fraternel ; la communauté des pêcheurs entretenait de bons rapports. Martial Collard, le directeur, appréciait Fanch. Ils buvaient un coup de temps à autre, au comptoir. Les échanges de paroles étaient rares, mais les silences, les regards complices, riches.

Vers vingt-deux heures, couché dans le noir, et ayant abandonné sa grille de mots croisés, Fanch Bugalez eut une pensée pour cet homme, sans doute anxieux et ravi de retrouver demain ses élèves. Il le voyait couché près de sa femme, institutrice elle aussi, se pelotonnant contre elle, tel un enfant dans les bras de sa mère.

– Toi aussi mon bonhomme, tu traînes ton cafard et tes peines comme un vieux cartable, depuis longtemps. T’es jamais sorti de l’école, et je vois bien que t’aimerais lâcher tout ça ! Allons, du courage, t’as plus qu’une année à passer, après c’est la retraite et des journées en mer, toi qu’aimes ça.

En s’endormant, Fanch promit de passer demain à l’école, saluer ce brave citoyen, héros anonyme et surtout pas médiatique. Le marin pêcheur solliciterait ses services, un dossier à remplir, rapport à la transformation de son bateau, le merveilleux Beg Hir.

CHAPITRE II

Quand Fanch pénétra dans la cour de l’école, en ce lundi trois septembre, vers neuf heures, une agitation inhabituelle régnait. Devant l’entrée, la camionnette des gendarmes était présente ; trois hommes en uniforme discutaient sur la cour, entourés des instituteurs. Une centaine d’enfants, dont certains, accompagnés de leurs parents, jouaient, couraient, se faufilaient entre les adultes. Fanch chercha du regard la silhouette du directeur, mais ne la reconnut pas. Il s’approcha, gêné d’être un intrus dans cet espace du savoir.

Le groupe des adultes semblait agité, perturbé. Fanch osa tout de même s’approcher un peu plus, toujours à la recherche de Martial Collard, le directeur. Il reconnut Stereden, l’adjudant de gendarmerie, accompagné de Lucien Le Tallec et d’un troisième homme qu’il ne connaissait pas. Six enseignants présumés complétaient le groupe. La femme du directeur pleurait, abasourdie.

– Je ne comprends pas. Je vous le répète, ce matin Martial s’est levé, comme à son habitude, vers six heures, il a pris son café, puis il est sorti. J’étais encore au lit quand je l’ai entendu appeler son chien. Je pensais qu’il allait ouvrir l’école, comme à son habitude, et sortir sa voiture du préau. J’ai bien entendu la voiture démarrer, et après, j’ai dû me rendormir.

– Oui mais, l’interrompit Stereden, à huit heures, il n’était toujours pas revenu ! Alors qu’il était censé sortir simplement la voiture sur le parking de l’école ! A quelle heure, exactement, nous avez-vous appelés, Madame ?

Cela dit sur un ton de reproche, sans aucune empathie pour la pauvre femme qui souffrait le martyr. On retrouvait bien là le style Stereden, bougon et semblant toujours dérangé ; pas du genre disponible et disposé. L’abus de la dive bouteille ne le rendait guère serein.

– A huit heures et demi, ne voyant pas la voiture sur le parking, ni mon mari dans sa classe, je me suis affolé. Aucun de mes collègues ici présents ne l’avait aperçu. Alors, dans un moment de panique, j’ai cru bien faire, j’ai appelé. Il devait être huit heures quarante, environ.

– Bon ! Nous allons entreprendre des recherches. Pour l’instant, prévenez l’Inspection Primaire et signalez à votre Inspecteur de l’Education Nationale que vous avez besoin d’un remplaçant. Dites-leur que votre mari est malade, ou ce que vous voudrez. Ne parlez pas de fugue, ou de disparition, sinon, il risque d’être sanctionné pour abandon de poste. Faites rentrer les enfants en classe, et pas un mot aux parents. Allez-y, vous pouvez faire l’appel.

Fanch entendit tout cela, à deux mètres, comme si personne ne l’avait vu. Il quitta les lieux en tremblant de tous ses membres.

Et, dans un silence de cathédrale, la femme du directeur remplit, toute pâle, son nouveau rôle, tandis que les parents, étonnés, se regardaient entre eux, les yeux ronds.

La rumeur courut tout de suite. Le directeur était malade. D’autres dirent qu’il était mort, à l’aube, foudroyé par une crise cardiaque. Certains pensèrent qu’il s’était enfui, rejoindre sa maîtresse, une femme du Maghreb rencontrée en vacances, lors d’un voyage organisé en Tunisie par l’Education Nationale.

– Où tout simplement, qu’on l’a assassiné, dit même une mère de famille, abonnée au câble, et scotchée toute la journée devant les séries américaines.

Une fois la cour de l’école désertée, les langues allèrent bon train tandis que deux véhicules de gendarmerie sillonnaient la contrée, après avoir lancé un avis de recherche sur la personne de Martial Collard, la cinquantaine, barbu, grisonnant, petites lunettes rondes, environ un mètre quatre-vingt, plutôt maigre. Signe particulier : voûté. Véhicule : Peugeot break 405, gris métallisé, en mauvais état, avec galerie noire et attache-caravane.

Fanch se rendit, dans sa vieille BX, chez son ami La Brebis. Lui annoncer la nouvelle. L’homme était au jardin, en train d’arracher une dernière ligne de pommes de terre. Penché en avant, son énorme postérieur semblait dominer le monde.

– Alors, qu’est-ce qui t’amène, mon brave Fanch ? dit l’homme, sans se relever. Je t’ai entendu te garer en catastrophe. Tu ferais bien de changer ta courroie de distribution, on entend comme un bruit bizarre, tu trouves pas ?

– Ce qui m’amène, c’est un drôle de pataquès, Eugène !

– Eugène Cabioch, dit La Brebis, se redressa, les mains sur les reins, et le regard inquiet.

– Tu connais, le directeur de l’école, Martial Collard ? continua Fanch ? Et ben, disparu le gars ! Un jour de rentrée des classes ! Sa femme, ses collègues, personne ne l’a vu depuis sept huit heures ce matin. Disparu dans la nature, envolé ! C’est incroyable, non ?

– L’est parti avec sa voiture, ou pas, l’animal ?

– Oui, et avec son chien aussi. Tu sais le petit fox qui vient avec lui au bistrot et qui nous fait marrer avec…

– Je crois savoir où il est ton bonhomme, l’interrompit Eugène.

– Quoi ? Tu serais le seul à être au courant, toi, l’ancien gardien de chèvres ? Elle est bien bonne celle-là !

– Bien bonne ou pas, j’ai une petite idée, mais j’ai jamais dit que j’en étais certain. J’ai bien dit : « Je crois savoir »…

Fanch était perplexe. On se rendit au port. La voiture de l’instituteur était là, sagement garée sur une place de parking. Quant au petit bateau de l’enseignant, absent.

– Tu vois, je te l’avais bien dit ! Celui-là est allé faire un tour en mer et puis, l’appel des sirènes aidant, n’a pas pu s’empêcher de pousser un peu plus loin, d’aller voir ailleurs si on n’y était pas !

Fanch ne comprenait plus rien. Quoi ? Un jour de rentrée scolaire, un directeur qui abandonne son poste ? Attiré à ce point par la mer qu’il n’en reviendrait pas ?

– A mon avis, répondit Fanch, je pencherais plutôt pour un accident. Il est sorti faire un tour en mer, avant d’affronter sa dernière rentrée, et puis un malaise l’aurait pris, il se serait senti mal. A l’heure qu’il est, il est peut-être en train de calancher. Allons-y ! J’ai les clés du Beg Hir, on va pas rester là comme deux couillons. Les gendarmes s’occupent des routes, nous, on va chercher sur l’eau. D’autant plus que ses coins de pêche, à Martial, je sais où les trouver. Je connais ses bouées.

Cinq minutes plus tard, le Beg Hir quittait le port. Baptisé du nom breton qui désigne le dauphin, le bateau fendait les flots, fidèle, comme toujours.

Prévenus par les amis de Fanch, deux retraités qui réparaient leurs filets sur le port, les pandores avaient abandonné leurs recherches sur les routes. On hésitait tout de même à faire décoller un hélicoptère de l’aéroport de Lanvuhel.

– Ce n’est pas la peine de déclencher une tempête pour un si petit verre d’eau, pensait l’adjudant Stereden, penchant plutôt pour une fugue, un coup de tête.

– Celui-là aura perdu les pédales ! Faut dire aussi, avec tous ces petits cons qui nous esquintent la santé, il a pas pu résister ! Déjà que moi, avec mes deux mioches qui me courent sur le haricot, j’commence à plus savoir où donner de la tête ! L’un qu’est cheveux longs écolo et végétarien, à quatorze ans, ça promet ! Quant à l’autre, la Mathilde, toujours devant la télé à tortiller du popotin pour faire la top model, va pas tarder à s’retrouver en cloque, et moi grand-père, comme un couillon ! C’est pas Dieu possib’ ! Dire qu’à seize ans, elle n’a pas encore son brevet !

Lucien Le Tallec, son adjoint n’osait répondre. Lui n’était pas marié et les gosses, il s’en foutait comme de l’an quarante. Quant au troisième gendarme, Pierre Le Gouron, il venait juste de quitter l’adolescence.

Vexé de ne pas avoir d’écho pour confirmer ou infirmer ses dires, Stereden conclut pour lui-même.

– Tout de même, un directeur qui disparaît le jour de la rentrée, c’est pas classe ! Du moins pour lui !

Son jeu de mots, compris de lui seul, le fit rire aux éclats. Comme personne d’autre ne riait, il s’énerva.

– Allez, bande d’incultes, on va retourner à l’école, voir la femme du directeur. Comme ça, mes gaillards, vous pourrez pas dire à vos parents que vous avez fait l’école buissonnière aujourd’hui !

Et Félix Stereden, heureux de son humour dévastateur, démarra le véhicule bleu roi.

On vit au loin, comme une ombre qui dansait sur l’eau. A contre-jour. On était dans la baie de Lanvuhel ; la mer était légèrement agitée. Un petit force quatre. Les deux compères, les yeux fixés vers cette masse sombre, s’usaient les yeux à déchiffrer l’océan. Le Beg Hir se rapprocha. De plus en plus.

– Bon Dieu, hurla Fanch, mais y’a personne à bord, ou quoi ? Ohé ! Du bateau, est-ce que vous m’entendez, gueula le marin pêcheur, les mains en porte-voix.

Seul le clapot répondit. On pouvait apercevoir désormais le bateau de Martial Collard, dérivant au gré des flots. On entendit alors un petit chien qui hurlait à la mort. C’était Pilou, le fox, désemparé. Quant au propriétaire, plus de maître à bord. Aucune trace de sang, ni de violence. Les deux hommes, estomaqués, se regardaient sans parler. Le mystère du bateau fantôme.

– Qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Il serait tombé à l’eau, suite à un malaise, ou une fausse manœuvre ? Un accident ?

Fanch ne comprenait pas. La Brebis non plus. On était passé près des bouées. Les casiers, contrôlés par les deux hommes, n’avaient pas été relevés. On les fit redescendre, à la même place. Et comment retrouver un corps dans cette immensité liquide ?

Il fallut bien rentrer au port, se rendre à l’évidence la plus probable. L’homme était mort, noyé, suite à un malaise, ou une fausse manœuvre.

Que dire de plus ? Le bateau de l’instituteur fut pris en remorque. Pilou, apeuré et plaintif, passa d’un bord à l’autre. Il resta prostré tout le voyage, dans la cabine de pilotage, le museau entre les deux pattes avant, immobile comme une descente de lit.

Deux heures plus tard, tout le village était en émoi. A l’école, on pleurait beaucoup. Les enseignants, les enfants, alertés par leurs parents à l’heure du déjeuner, ne savaient vers qui se tourner. Le pays entier semblait en état de choc. Une absence, pas de cadavre. Une disparition, pas de corps. Aucune trace, aucune preuve, et surtout, aucun espoir. Comment un homme tombé à la mer pouvait réapparaître là, au milieu de sa classe et dire à ses élèves « Bonjour, me voilà, je vous ai fait une farce ! »

Madame Collard ne reprit pas sa classe l’après-midi. Un deuxième remplaçant arriva. L’ambiance était complètement surréaliste. On ne savait que dire, que se dire. Les jeux, dans la cour, ressemblaient à des absences de jeux : des simulacres, aveugles, vides de sens. L’école de Trélouzic ne ressemblait plus à une école. On aurait pu se croire dans un asile. Un asile pour extra-terrestres.

– Attendre, attendre ! Mais attendre quoi, se répétait Jacqueline Collard.

Attendre que l’on me ramène un cadavre. Celui de mon mari. Noyé, boursouflé, gonflé ! Et quand ? Ce soir ? Demain, dans une semaine, dans un mois, jamais ?

La pauvre femme hoquetait dans son mouchoir, allongée sur l’unique lit de son logement de fonction dont les fenêtres donnaient sur la cour. Elle entendait, comme en un brouillard, les enfants jouer à l’extérieur. L’atmosphère n’était plus la même. La pluie, légère, se mit à tomber. Germaine décida de se rendre au port.

Eugène Cabioch, perturbé par la disparition de Martial Collard avait fait un étrange cauchemar pendant sa sieste de l’après-midi. Il avait rêvé à un de ses ancêtres, imaginaire, mais tellement vrai qu’il en avait eu des sueurs froides. Le cauchemar s’était déroulé de la sorte.

« Vers les années mille neuf cent vingt-quatre, sur la commune de Trégrom, là où l’on entend dire quelquefois que le diable y habite - mais la rime est meilleure en breton - vivait un très brave homme du nom de Séraphin Cabioc’h.

Plutôt bon vivant que mauvais coucheur, Séraphin - dit Le Rouquin - était du genre costaud. Dur au mal et toujours chaussé de ses formidables sabots, il arpentait la commune, du matin à la méridienne, s’ébrouant sous sa longue crinière frisée quand il pleuvait et hennissant comme un postier breton. L’individu était facteur. Dans

Repost 0
Published by Venner Yann - dans roman
commenter cet article
26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 13:26

fer. Capable d’aller de l’avant, de forcer son destin, mais incapable d’oublier son passé, ses eaux vives.

La grille de mots croisés se présentait ainsi :

Horizontalement

1 Ecrivain italien, auteur d’un bestseller.

2 Sans queue - richesse.

3 Collectif - On y joue.

4 Aperçus - Dôme italien.

5 Cité antique - règle - drôle de gus.

6 Tourne - possessif.

7 Semés çà et là.

8 Endormant.

Verticalement

1 Capitale imaginaire du Trégor.

2 Batracien.

3 Mollassons - début de lenteur.

4 Sanie - abri indien.

5 Infinitif - Un café, du moins au début.

6 Contrarié - colère inversée.

7 Drôle de zoo - possessif.

8 Plus qu’obéissant.

9 Fier à bras.

Un lecteur attentif arrêterait ici sa lecture pour aider le pauvre Fanch, ou, du moins, s’empêcherait de tourner la page, le temps de résoudre cette simple grille.

Il est bon aussi que le lecteur s’implique, puisque, normalement, l’auteur s’applique. C’est un accord tacite. Un contrat de lecture. Un engagement de part et d’autre, en somme. Certains parleraient même d’interactivité, de dialogisme… Non mais !

Fanch s’endort, le front collé sur la grille qui l’a mis sur le grill. La tête dans les bras, le voilà parti dans ses rêves, ses Voyaginaires, comme il aime à dire. Rejoindre un ami improbable, un alter ego, son vieux frère.

Un sculpteur de mots.

« Il y avait du côté de Plufur, dans un petit hameau verdoyant, où broutaient deux moutons, un sculpteur sur granit nommé Jobic.

Du chant du coq jusqu’au coucher de l’animal, l’homme taillait, frappait, piquait, bouchardait, cognait, effleurait la pierre et autres verbes du premier groupe, qui font si bien dans les dictionnaires.

Puis le coq s’endormait, Jobic s’arrêtait, se lavait les mains et pouvait s’adonner alors à sa deuxième passion ; les mots croisés. Tous les soirs, de sept heures à neuf heures, sauf le dimanche, où il buvait copieusement au café du village, il cruciverbisait, ou verbicrucisait, selon l’humeur. C’est à dire que Jobic remplissait des grilles, ou les fabriquait, noircissait des cases, remplissait des espaces, inscrivait des lettres, voyelles ou consonnes, selon les avatars linguistiques de la providence, du Petit Larousse et du Grand Robert. C’étaient là ses copains de jeu et il pouvait rester ainsi, contempler des syllabes ou des mots qui faisaient l’amour sous ses yeux ; un I pénétrait un O, une voyelle ouverte accueillait une consonne du genre fermée, un V aux jambes écartées recevait, en hôte accueillant, une diphtongue distinguée. Tout ce petit monde procréait à l’infini et dans un bonheur de chaque instant.

Jobic excellait dans ce domaine croisé des mots et rêvassait quelquefois, accoudé à la fenêtre de sa sobre demeure. Son regard l’emportait alors, loin, bien au-delà de Plufur ; et il croyait entendre le vacarme ancien de célèbres batailles : les cris des Croisés devant Jérusalem, les Sarrasins en fuite, les tours de Babylone s’écroulant dans un joyeux et poussiéreux babil, les cavaliers de L’Islam, sur leurs petits chevaux arabes, croisant le fer contre les tribus berbères du Maghreb, cet autre Finisterre, ne se couchant jamais devant personne. Jobic, un soir, rencontra même Jugurtha ! Affolé devant tant de fureur - par cette histoire au galop et qui avait du sang jusqu’au ventre - il referma la croisée et replongea sèchement le nez dans ses grilles, dans l’écrit décroisé.

Ayant alors achevé ce voyage intérieur à coups d’alphabets modernes et antiques, Jobic laissa sécher l’encre rouge de ses grilles qui, éclairées par un croissant de lune, offraient leur doux babillage à la nuit. Pendant ce temps, il mangea - tranquille comme Baptiste, son voisin le plus proche - sa soupe qui avait mijoté dans l’âtre. Les légumes du jardin étaient bons. Le breuvage épais lui descendait dans les entrailles comme une manne sacrée ; puis Jobic retourna à ses deux moutons, leur compta rapidement fleurette et s’endormit entre ses deux compagnons - serein et satisfait de sa journée créatrice.

Cette double vie - à laquelle il avait fait le double vœu de travailler de tous ses os, tout en s’amusant comme un petit four - s’arrêta net un triste matin.

Le coq était mort, étendu raide sur le seuil du penty, d’une bronchite foudroyante et cruelle. Jobic eut beau lui souffler dans les plumes, la bête ne broncha pas. Neuf heures étaient passées, la journée démarrait bien tard et en plus du pied gauche. Il enterra le gallinacé dans le pré, fit une brève prière au défunt. Puisque le réveille-matin ne fonctionnerait plus, puisqu’il avait perdu un compagnon fidèle et un chanteur hors pair, Jobic, prit un mouton sous chaque bras, après avoir écrit sur la porte d’entrée : A VENDRE.

Il quittait sa maison par un jour de printemps et décida, dans son bel et for intérieur de changer de profession, ou peut-être même, de prendre une année sympathique, pour voir le monde et son cortège incessant de curiosités.

Conscient ou non, il abandonnait pourtant là un patrimoine culturel assez impressionnant, une fortune esthétique et silencieuse : plus de deux-cents sculptures, auges en granit, cheminées, statues, puits et fontaines de jardin, vasques et colonnes, animaux divers et gargouilles de tous poils... sans compter les milliers de grilles de mots croisés qu’il n’avait même pas pris le temps d’expédier par la poste - pour le fameux concours du quotidien régional.

Il tirait un trait sur cette vie, trop vaniteuse à son goût, comme s’il se sentait presque coupable d’avoir autant créé, alors qu’on s’étripait sur la moitié de la planète. Drôle de bonhomme et drôle de raisonnement, mais c’est comme ça ; le coq était mort et la terre pouvait bien recouvrir les statues de ses herbes folles, la décision était prise.

En chemin, il s’arrêta au Café du dimanche, là où, réglé comme un moine, il prenait sa cuite hebdomadaire.

– Tiens ! Tu viens nous vendre tes moutons, ou bien tu te maries, ou les deux à la fois ? dit le patron, un certain Manu qui avait fait l’Algérie.

Fait ou plutôt défait, car ce salopard n’y était pas allé de main morte avec les “indigènes” qui étaient, souvent pour la plupart, comme lui, des fils et petits-fils d’agriculteurs, tous enfants de la même terre.

Mais, comme alors la Méditerranée traversait la France comme la Seine traverse Paris, il fallait bien, c’est sûr, défendre bec et ongles nos trois départements, ajoutait bêtement le Manu, baptisé depuis Manu Militari.

Leur guerre de libération nationale, ils pouvaient bien se la foutre au cul, ces Algériens ! Maintenant qu’elle lui avait pris un frère, une jambe et l’œil gauche.

– Sacré Trinité et foutu combat ! aimait-il à répéter, comme s’il cherchait des complices pour le plaindre.

Jobic déclara, à la cantonade.

– Ici, ça sent l’moisi ! J’ai besoin d’air et d’océan, d’horizons vastes. Je me casse ! annonça fièrement le sculpteur. Et il posa ses deux moutons sur le bar.

– Tiens, c’est ma tournée ! J’offre un Ricard, comme disait le maréchal !

On crut que l’homme était devenu fou. On crut que la solitude et le célibat avaient fini par lui emporter la raison... Bref ! On le voyait déjà enfermé à Bégard.

Mais on but tous à la santé du futur voyageur, à cet homme aux semelles bien devant, et, une fois les moutons vendus à un voisin, et l’annonce de la vente du penty passée sur Internet, Jobic reprit sa route, avec sa maigre fortune en poche.

Il prit des chemins de traverse, voulut revoir les sources de son pays, entendre à nouveau le chant buissonnier des oiseaux, dormir à la belle étoile, libre et sans contrainte, prendre son temps. Petit coureur des bois, Jobic riait sous sa moustache de vieux philosophe et se sentait le frère d’Héraclite d’Ephèse. Il fit un crochet au lieu-dit Les Sept Saints, alla saluer à la chapelle, dont la clé était au café d’en face, les Sept Dormants et leur petit chien. Il évita de s’y rendre le jour du pardon islamo-chrétien car il ne supportait ni la foule, ni la messe, ces espèces d’espaces à moitié sectaires et qui n’étaient guère propices à la réflexion, voire à la méditation, pour les plus sincères.

Arrivé, par un jour de septembre - Jobic avait vraiment pris le temps - au chef-lieu de canton de Plouaret, il alla voir à l’agence Immhobil’ si la vente s’était faite.

– Pour sûr ! qu’elle dit la secrétaire à tête de grenouille, une bigote de Pluzunet, toute en bras nus et solide comme un dolmen. C’est un Juif américain, du nom de Deubeul Youbouch, qui l’a achetée cet été. Il a bien un peu râlé rapport aux tas de cailloux qui encombraient l’entrée de la propriété, et pour tout le foutoir de journaux empilés, mais un tractopelle a balancé tout ça à la décharge, en un temps record. Ils sont tout de même forts, ces Américains !

– Pour sûr, Madame, qu’ils sont les plus forts ! Qu’est-ce qu’un morceau de granit pour eux ? Alors que nous, on s’use le cœur, les mains et la raison à vouloir façonner un autre monde, tout en sculptures plus belles les unes que les autres et si différentes, voire sacrées, Eux, ils vous expédient ça dans un autre monde, un Au-delàCocaCola et ainsi, y’a plus d’problèmes ! C’est vrai qu’ils sont sacrément forts...

La secrétaire avait très envie d’en boire un, justement, de Coca-Cola !

Ravie d’avoir en face d’elle, un vrai Breton aussi sensé, elle lui remit un gros chèque qui, une fois les transactions effectuées au Crédit Industrieux d’Armorique, (C.I.A), lui rapporta la somme folle de cinquante-deux millions de millures. Ce qui laissait de quoi voir venir.

Pour remercier cette femme avenante, Jobic, qui n’était pas rancunier, lui offrit un gros bouquet de nénuphars multicolores. Elle coassa de joie, se voyant déjà sur le parvis de l’église, au bras de cet homme si mûr et si droit, tandis qu’on entonnait la marche de Mendelssohn. Elle, qui pensait que l’amour n’existait que sur TF1, croyait voir s’ouvrir les portes du Paradis terrestre. Mais Jobic s’enfuit à toutes jambes, inaliénable. Point d’anoure, non ! Point d’anoure !

Alors, libre comme l’air et les poches bien garnies, il prit le chemin de la gare. A Plouaret, il monta dans le serpent de fer venant de Brest, changea de guingois à Guingamp pour un cheval vapeur encore plus rapide et, à bride abattue, descendit à Montparnasse, la Bienvenue. C’était la capitale de la poésie et Jobic, le meilleur poète de Plufur.

– Parnassiens, à nous deux ! dit-il dans un vers libre, coupé à l’hémistiche.

Cette phrase historique, il l’avait déjà entendue, sous une autre forme, plus paradigmatique, mais regardons l’avenir sans oublier Balzac, cet immense artiste qui s’usa à la tâche, pour éponger (bien souvent) ses dettes. Et de plus, à peine marié, mourut d’épuisement après tant d’hectolitres de café. Une vie de forçat. Forcément, ça allait épuiser plus d’un élève, après coup. Etudier de grands auteurs. De quoi tomber de toute sa hauteur, oui ! Quelqu’un se met à écrire et tout l’alphabet du monde vous dégringole sur la tête. Et dire que les Gaulois, pour partie ancêtres des Français, n’avaient, en bonne intelligence, laissé aucune trace écrite ! Quels sages ! Quels héros modernes ! Et nous, obligés de réinventer leur culture, de réifier un monde perdu, monumental et souterrain ! Jobic en était là de ses réflexions, quand il s’aperçut qu’il était seul sur le quai. Sa réflexion littéraire l’avait é-garé, et si le bonheur selon Charles Cros, n’existe que dans les gares, notre Jobic, lui n’y trouva pas son compte. Tout y était laid, pas de calme, pas de luxe et pas de volupté. Notre étonnant voyageur, abasourdi devant tant de laideur, passa devant des guichets tristes et moches. A l’intérieur, des femmes semblaient y travailler, enfermées comme des poules en batterie. Mais personne ne gloussait, pas un coq n’y chantait et Jobic, à la pensée de son coq mort eut envie de pleurer. Avec son chapeau de travers, ses longues moustaches, et sa cape de pèlerin, ses longs cheveux argentés flottant au vent des sombres couloirs, ce breton à l’âme noble ressemblait à un renard perdu, ou à un loup des steppes - venu de l’Ouest sauvage. Les gens autour de lui le prenaient pour un acteur de cinéma, qui n’aurait pas eu le temps de se changer. Mais Jobic ne jouait pas la comédie. C’était un être pur, primitivement artiste, qui entrait dans un nouveau monde ; pour voir.

Il avait emporté dans son maigre bagage, une très vieille soupière de chez Henriot. Pièce inestimable à ses yeux. Il alla en négocier le prix chez un antiquaire du faubourg St Honoré.

– Bonjour, mon brave homme des bois, lui sourit une blondasse peu amène. En quoi puis-je vous être utile ?

Son air supérieur et dégoûté de la sauce fit monter la moutarde au nez de Jobic. Il sortit la soupière du XIX siècle, emballée dans une double page du Télégramme de Brest et de l’Ouest. Silencieux, il montra la pièce.

D’un geste las, la femme, qui portait un badge au nom de Monique Robin, regarda l’objet, horrifiée.

– Mais ça n’a aucune valeur ! Cet objet n’a plus cours ! Nous sommes entrés dans l’Europe cher ami, nous sommes passés dans l’avenir. En plus, votre soupière, si c’en est une, est peinturlurée avec des Bretons dessus ! C’est tout simplement une horreur ! Je vous rappelle que la France est entrée dans l’€uro, et que les régions, tout leur folklore, et leur baragouin d’un autre âge, sont passés à la trappe. A part quelques peintres et écrivains bretons, tout le reste est devenu invendable. Vous m’auriez apporté un manuscrit de Renan, ou une peinture de Gauguin, là oui ! Adressez-vous plutôt à un musée. Ici, ce n’est pas un dépotoir ! Du Henriot ! De chez Henriot, je ne connais que leur champaaaagne ! Vous connaissez peut-être ?

Jobic, qui ne reconnut pas en elle une descendante d’Armand Robin - heureusement ! aurait pu lui expliquer que cette œuvre peinte était composée de pigments très rares, que l’artiste avait travaillé chez Henriot, en réinventant de nombreuses techniques, que la cuisson de la pièce avait nécessité des recherches infinies... A quoi bon ? Cette histoire d’un artiste - rare et resté inconnu - à la rencontre d’une terre cuite et peinte, transformée en chef-d’œuvre, n’intéressait presque plus personne aujourd’hui.

Plus que vexé, Jobic aurait bien fendu le crâne de cette petite demeurée, commerciale inculte, mais trop généreux de cœur, il dit avec une ironie mordante :

– Merci, Madame Robin. Continuez donc à bien astiquer vos petits robinets, et le monde sera plus propre. Il la laissa là, dubitative, sur ce compliment si bien tourné.

Jobic, d’un pas alerte, se rendit chez le coiffeur pour se mettre à la mode des incultes. Il se fit raser le crâne, couper les moustaches, puis se rendit chez un marchand de vêtements de luxe. Il avait décidé d’épouser la peau d’un vrai Parisien. La peau seulement, car question d’idées, pas question de renier son passé breton, propre et intime, vieux de cinquante ans. Il allait jouer avec ce monde, s’y intégrer pour mieux le pervertir ou le redresser, le plus modestement et pacifiquement possible. Il lui fallait un portable ! Il en acheta un pour faire l’important ! Il lui fallait une trottinette, une BMW. Il acheta ces babioles qui l’amusèrent quelques jours. Jobic fréquenta les vernissages, les salons littéraires, les premières au théâtre. Il riait comme un dératé au milieu des scènes les plus tristes. Il pleurait comme une baleine quand il aurait fallu rire. Ce perpétuel décalage le faisait passer pour un original ou pour un artiste. Quelquefois, il fut chassé de la salle comme un malpropre. Ces expériences heureuses ou malheureuses le confortaient dans son savoir acquis. Il rencontra des gens brillants, des pleutres, des couards, des carpettes, comme partout ailleurs ; mais peut-être un peu plus soumis que chez lui, là-bas, à Plufur, dans ce Trégor discret et pourtant si prolifique, où l’âme humaine pouvait s’ébrouer comme un cheval fougueux. Où le vent de la mer, salé et cinglant comme un fouet, vous empêchait de vous affaler dans un désespérant silence.

Où la voix des femmes océans troublait le cœur des hommes au point de leur faire perdre leur sens aigu de la terre, et si dure à cultiver que soudain, l’on abandonnait tout pour traverser d’immenses espaces liquides. Noyer des chagrins, essuyer des tempêtes, et puis pleurer, les pas du passé marchant dans les pas de l’avenir, hier dans les pas de demain. Hier dans les pas de demain. Oui ! Jobic était tourné vers l’avenir, petit phare jaunâtre dans un monde enfumé, bruyant, monde qui s’oubliait dans des rêves uniquement tournés vers la finance.

Un compagnon de soif l’accosta au Bar des deux Ragots.

– Ta tête est bizarre ! T’as l’air toute chose ! Si tu cherches une boussole ici, c’est pas l’endroit. Ici, c’est plutôt du genre frimeur et intello, et encore quand je dis intello, je suis poli. Faudrait plutôt dire, gueule de raie réac à faire semblant de lire Le Figaro, tête de nœud occupée à parcourir Le Monde, tête à claques et à chapeau mou, faisans faisant semblant et déjà faisandés, singes hurleurs au Jardin Déplanté, sans racines, sans culture, lecteurs sans voyages, guenons acides et sans orgasme, gueule de foutre à se foutre en l’air... voyageurs en 4X4, intérieur cuir, aventuriers de l’asphalte bien propret...

– Eh ben, mon cochon, tu en tiens une sacrée ! Besoin de régler ton ardoise au bar des grandes douleurs ! Tiens ! Remets nous ça, le patron ! beugla Jobic, avec sa verve coutumière brute de Plufur.

Le loufiat, habillé en manchot des Iles Carnaval, fit la gueule en apportant les deux double-Cognac.

– Du hors d’âge, en plus ! Pour ces péquenots sortis des égouts de la terre ! pensait petitement l’esclave derrière son comptoir.

Les deux buveurs se présentèrent à tour de rôle et avec les honneurs. Pas possible ! Un gars de Plufur qui rencontrait un frère de la côte, un Trécorrois, un habitant de Tréguier, nommé Fanchdu ! Ici ! En pleine décadence ! Un miracle ! Recognac ! Le choc ! Rerecocognac ! Le trouble ! Rererecococognac ! Là ! Ça suffisait ! Maintenant on pouvait reprendre ses esprits ! Boire enfin plus calmement ! Mais l’émotion, quand ça vous prend...

– Qu’est-ce que tu fous à la capitale, toi, une lumière de ton espèce ? dit Jobic.

– Oh ! Pas grand-chose, je vends des huîtres sur les marchés. Un p’tit commerce avec mon beauf !

– Et t’es heureux ?

– Couci-couça ! Ça dépend des semaines, des mois en R, en RER, du jusant et du p’tit Jésus, du courant et des Gwen ha du, du p’tit vin blanc, des invendus.

– Et t’es venu changer de fatigue ici, échoué comme un vieux phoque ?

– Vieux, vieux, un peu de respect, je viens d’avoir cinquante ans.

Alors Jobic se leva et, tapant sur l’épaule de Fanchdu, hurla dans le bar :

– LA CLASSE !

Un rire joyeux bouleversa les deux hommes qui s’embrassèrent comme des petits gorets du Trégor, vifs et frais tels des enfants partageant un même gâteau. Ils étaient quasi frères ! Cognac ! Puis de la bière pour éponger les gouttes ! Quelques verres plus tard, ils quittèrent cette assemblée de mourants murmurant, et lancèrent :

– Parnassiens de mes deux, dépêchez-vous de vivre, il est en encore temps, bientôt la poêle à frire, et adieu le printemps. C’est un message de Jean Tardieu, méditez-le bien et bon suaire la compagnie.

Nos deux compères de bordée éclatèrent de rire au milieu d’un silence feutré. Ici, on ne plaisantait pas avec le rire. A croire qu’ils n’avaient pas bien lu Aristote. Comme disait Platon, ce qui compte, c’est d’être bien lu. Ce n’était pas le cas de ces foutus lecteurs. Fanchdu et Jobic allèrent se finir, beurrés comme des p’tits LU, à La Vache Nantaise, un caboulot perdu qui croyait encore au rattachement de La Loire-Atlantique, ou Inférieure, à la Bretagne d’autrefois, avec son bon pif, tourné vers les embruns. Il ne fallait pas la laisser s’enrhumer, cette valeureuse Bretagne - qui avait servi de chair à canon trop longtemps - sinon la France entière toussait, prenait la fièvre.

Ladite Nation arrêtait alors de bien mal nommés autonomistes qui adoraient la vie et leurs droits les plus élémentaires : pouvoir vivre et travailler au pays dans la langue de leur choix, sans compromis avec une Education Nationale, craignant sans cesse d’être violée, par la richesse de ses différences. Le drapeau breton était multicolore, mais les Français n’y voyaient que du noir, c’est à dire des emmerdes, ou que du blanc, c’est à dire un linceul, un pays fantôme qui fermait sa gueule et c’était tout. Secouer les cocotiers, en Bretagne, ce n’est pas évident, mais y poser des bombes, non plus. On n’allait pas refaire le passé, mais simplement laisser les habitants libres de leurs idées, sans violence, et ouverts à d’autres métissages. De plus, la vie associative y était tellement riche, voire incontrôlable, dans cette douce Bretagne, qu’elle commençait à emmerder les petits énarques aux mains moites, ces souverainistes de la République, qui croyaient avoir tout dit en prononçant ce mot République, dont ils se délectaient comme des pucelles devant un vit nouveau. On contrôlait la situation ; les récentes lois de la nation réveillaient des citoyens à six heures du matin, jetaient à bas du lit les parents, les embarquant vers Rennes puis Paris, laissant leurs gamins, parfois en bas âge, se démerder tout seuls ! Tout ça pour avoir vu une simple adresse dans un carnet, un ami basque de passage, une relation humaine, teintée politiquement incorrecte aux yeux d’une République jalouse de son Histoire.

– Ce n’est pas de la parano Fanchdu ! juste la dure réalité, pour rassurer le contribuable, caresser la ménagère et faire avaler la pilule aux petits gauchistes, occupés avec le Tibet, ou un autre délire, aussi lointain qu’ exotique, plutôt que de défendre les droits de leur région dont le drapeau part en quenouille, chaque jour un peu plus, faute de combattants sans gloire et sans histoire. L’acculturation est passée par là, comme dans la chanson, elle ne repassera pas par ici. No pasaran et tutti quanti, feu de joie et croix de bois si je mens je vais en enfer, retrouver mes frères de couleur, c’est dans la cale...

Les deux amis libérèrent leur colère, cette soupape d’insécurité qui lâchait quelquefois. Mais c’était là la vie et comment renier ses flots amers, ses contradictions et ses peines, lier ensemble et faire tenir des idées, des comportements ? Ce monde était une harmonie de tensions, avec un chef d’orchestre complètement déjanté.

Mieux valait retrouver un bon lit. Il ferait jour demain.

Fanchdu rentra à pied chez lui. Il habitait dans le quartier. Fallait se lever dans trois heures, réceptionner la marchandise que le beauf allait ramener de Riec, attaquer les bourriches, préparer le marché, bref, la routine. Mais, ces deux heures passées avec un nouveau pote, lui avaient lessivé toute la merde qu’il portait dans le cœur. Il se sentait épuisé, mais neuf. Jobic était un être rare, sensible et sensé. Il avait décliné l’invitation à dormir chez son nouveau compagnon, préférant aller finir la dernière nuit de septembre, sur un banc du Quartier Latin. Ivre et chantonnant, il s’endormit comme une masse, ses belles chaussures de cuir sous la nuque.

Les cloches du village sonnaient, à toute volée ! Un prêtre volant, rond comme une montgolfière, tournoyait au-dessus de sa tête. Le soleil tapait fort. Un vent chaud et violent déboulait du sud-ouest. Le village se souleva peu à peu. Plufur décollait, oui, c’est ça. Comme un tapis volant ! Mais en mieux ! Tout en relief ! On allait survoler le monde et déclamer la poésie des anciens, brailler et chuchoter, lancer sur terre des brassées de fleurs sauvages, des ajoncs, des genêts, et puis des fleurs de lin pour vêtir la misère, offrir la liberté à tous les frères, à toutes les minorités. Un voyage éternel, pour renverser la connerie du monde...

Ce rêve azuréen ne connut pas de suite. On emmena Jobic au poste de police. L’interrogatoire de ce vagabond en smoking, ivre, chauve et mal rasé, ne tourna guère à son avantage. Il fut retrouvé mort le soir dans sa cellule de dégrisement. Comme s’il avait voulu changer les couleurs de la terre, lui! ”, dit plus tard un policier en civil.

Il avait certes fait du gris son ennemi, il avait voulu dé-griser l’intérieur des hommes, au burin. Pourtant la pierre est souvent grise au pays de Bretagne.

Mais on ne sculpte pas impunément les mots avec comme outils des idées. Mets les mots à leur place, à la tienne ils te placent.

Jobic ne s’était jamais appelé vraiment Jobic, il ne reniait pas non plus son passé, mais il mourut - sans doute - d’un simple arrêt cardiaque.

Vous savez bien, docteurs, quand le cœur n’y est plus... pas besoin de vous faire un dessin... pas besoin d’en faire toute une histoire. Ce sculpteur de mots, ce rêveur de paroles aurait pu tout aussi bien s’appeler Armand. Armand Robin, par exemple. « Qui sait ? »

Repost 0
Published by Venner Yann
commenter cet article
26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 13:24

CHAPITRE I

Fanch Bugalez bloquait. Non, ça ne venait pas. Impossible de se prendre le chou plus longtemps ! Il reposa son crayon d’un air dégoûté.

– C’est vrai quoi ! râla-t-il en s’adressant aux murs de son penty. Je suis une buse, une vraie. Une tête de vache, une pen buoc’h, comme disait ma mère en breton, le jour où il m’arrivait de ramener un mauvais carnet de notes.

Le passé refaisait surface. Acide, aigre comme une remontée gastrique.

Le marin pêcheur ne trouvait pas le “Un horizontal”.

– Une grille plutôt facile, pourtant, mais ce putain de Un horizontal, il commence à me les gonfler sérieux ! Ecrivain italien auteur d’un bestseller. En neuf lettres. Même La Brebis qu’a un peu de lettres, mais moins tout de même que dans son potage à l’alphabet, s’rait pas capable de le trouver cet écrivain italien. Nous, à l’école, à part La Fontaine et Victor Hugo, on ne sortait guère de là ! Pour La Fontaine, j’suis ptêt’ un peu Just, comme dirait le footballeur, mais pour Hugo, j’m’en rappelle un bout, ça oui ! “L’œil était dans la tombe et regardait Caïn.” En voilà un, de vers, qui m’aura fait trembler ! Ah ! Ça oui !

Le cruciverbiste se tapa sur la joue, comme pour se punir de son vide culturel.

– Voilà c’que c’est aussi de vouloir faire des mots croisés quand on n’est qu’un pauv’ gars comme moi !

Fanch marche dans son passé. Il s’y promène. Il baguenaude.

C’est vrai qu’à l’école, il s’en prenait des calottes, avec son maître, le vieux père Quiniou. Un taureau furieux, bonhomme sanguin et couperosé. Yeux globuleux, gras, graisseux, regard laïque et obligatoire. Un chef de troupeau devant eux, brebis bêlantes, soumises à l’autorité de ce costaud. Démiurge taurin qui remplissait sa blouse grise. Une stature de Commandeur face à eux, petits incroyants ! Matés, dans la légalité républicaine !

– Maintenant que j’y repense, à ce vieux maître, j’ai envie de lui dire : “ L’ordre, mon cul, la liberté m’habite !” ; mais restons poli, il est mort le pauvre, le bougon de service.

Nouvelle remontée gastro - nostalgique.

Un samedi après-midi, le père Quiniou avait fait leçon de choses. Le petit Fanch avait soigneusement déplié un vieux Ouest France, assez épais, sur toute sa table d’écolier. Chaque enfant reçut ensuite en main propre une lame de rasoir usagée, ayant sans doute appartenu au maître, l’ogre des salles de bain.

– Attention à vos doigts ! Bande de petits malheureux ! hurlait le cerbère en arpentant la classe de ses gros brodequins noirs.

Comme un semeur en colère, il distribuait à la ronde, sortant d’un seau en plastique blanc, de gros globes luisants, un à chacun, baveux, laiteux.

Le petit Fanch crut défaillir à la vue de la chose posée là, avec brusquerie, par une grosse main poilue. Soudain sur son journal, un œil de bœuf, vivant ! Un œil en vrai, tout brillant, entouré de sa graisse. L’œil du maître ! L’œil du taureau. En plein soleil ! Culte à Mitra. Chacun son œil !

Le père Quiniou ouvrit le tableau noir et là, miracle ! Un œil encore ! Énorme, dessiné à la craie, superbe et colorié, et qui nous observait, nous sondait tour à tour.

L’œil était grand ouvert et regardait chacun !

Toute la classe se mit alors à trancher dans le vif !

– Putain de Un vertical ! Moi, à part « Pêcheurs d’ Islande», je n’ai pas lu grand-chose. Alors, un écrivain italien, vous pensez !

Subitement, Fanch se leva, décrocha son téléphone pour appeler La Brebis, son copain de toujours, habitant à une portée de fusil. Mais, le cruciverbiste, comme crucifié, eut un regain de fierté mal placée. Il préféra raccrocher.

Fanch Bugalez s’entêta. Prit son petit Larousse, une édition de 1999.

– Bon, j’ai un A, un S, un autre A, un E... Et y’a neuf lettres. C’est pas la merde à boire, comme dirait notre adjudant Stereden, le roi des flics de Bretagne et des Marches ratées réunies. Lui, ses mots croisés, ça doit être du style une case sur une case, et encore comme y’a 26 solutions possibles, cet alcoolique préfère carrément se noircir la case, en disant, “Je passe !”

Mais à quelle page chercher ? Fanch alluma la lumière du plafonnier car la clarté vespérale de septembre déclinait rapidement.

– A nous deux, mon bonhomme ! A nous deux l’écrivain ! Entre toi et moi, c’est désormais la guerre ! Je vais te sauter dessus, comme un guépard dans la nuit ! Et hop, le scribouillard ! Débusqué !

Ce fut alors - parmi tous les noms propres du dictionnaire - une galerie de portraits qui s’invita, sans cérémonie, chez notre marin pêcheur. Un défilé de fantômes, plus ou moins morts.

Fanch partit à la pêche. La pêche aux mots. Une autre façon de tromper l’ennui, depuis que son bateau avait été réquisitionné, frappé par une loi inique. L’Europe et son cortège de saloperies était passé par là. La loi Mellick ! La Loi ! On lui proposait de brûler son bateau, son Beg Hir, son dauphin ! Son bijou flottant ! Tout son patrimoine ! La chair de sa chair et le sang de son sang ! Même si le métier s’avérait difficile, même s’il était le dernier professionnel sur la commune de Trélouzic, la profession qu’il avait choisie lui collait à la peau. Et aujourd’hui, en septembre 2000, notre marin pêcheur était à terre, débarqué, atterré. Le Beg Hir restait au port, en quarantaine, comme un animal pestiféré.

Depuis peu, Fanch pensait à se reconvertir, mais dans quelle branche ?

– J’suis quand même pas un primate ! J’vais pas, comme not’ jeunesse actuelle, sauter de branche en branche, m’adapter à la loi du marché. A quarante-six ans, quand on n’a qu’un C.A.P de pêche, j’vois pas bien quel corps de métier va me sauter dans les bras. A part un corps de sirène, j’vois pas. Et puis, bosser dans un bureau quand on a été tous les jours au grand air, j’ai pas envie d’sentir le moisi. Moi, j’vais pas signer pour m’retrouver en boîte, comme une sardine faisant la planche dans son huile rance. “Il faut vous inscrire pour un stage de reconversion, mon ami” avait dit péremptoirement l’adjoint au maire.

– Stage de reconversion, mon cul ! J’vais pas m’convertir à mon âge. La communion, j’ai déjà donné. Pour ce que ça m’a rapporté ! Une montre pour attendre la mort et un missel relié en cuir vert bronze, éternel Almanach vert moche, non merci ! C’est pas que j’sois anar total, mais les Dieux et les civilisations dévoyées, j’aimerais bien sortir de là. Dire que le printemps revient chaque année, dire que la nature fait peau neuve, alors que l’humain, ce bipède fait du surplace, reste ancré dans ses vieilles idées qui sont le chancre de l’humanité. Quelle misère ! Chantons, buvons, enivrons-nous et merde à Vauban, foutrebleu !

La nuit de septembre était tombée. Fanch était en quête d’un nom propre.

S’occupait l’esprit. Fébrile et joyeux à la fois. Comme un homme coincé dans un tourniquet de

Repost 0
Published by Venner Yann - dans roman
commenter cet article
23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 11:34

Grappe

Les grains bavardent clairs au cœur de la nuit brune :

  • Je mûrirai, dit l’un,

et désaltérerai le gosier d’un puissant,

la gorge d’un enfant,

le palais d’une reine.

  • J’abreuverai dit l’autre et je caresserai

les papilles des hommes

quand je serai plus grand.

  • Moi, dit encore un autre,

je ne mûrirai pas je suis déjà mourant

car je vis dans la peur de me voir englouti.

  • Tu ne vivras jamais le plaisir du partage,

l’offrande de ton jus,

la connaissance offerte, la grume délivrée.

  • Dessèche-toi bien vite pour laisser de l’espace

Aux autres grains pressés de devenir bouteille.

« A cheval sur le vin » riez frères humains !

La divine boisson sera notre chanson

et nous galoperons en joyeux échansons

pour verser dans vos verres

les crus de l’univers !

Repost 0
Published by Venner Yann - dans poésies
commenter cet article
23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 11:33

Fin de campagne

…L’orateur ne parvenait pas à clôturer son discours.

Il avait utilisé des mètres de littoraliture, de bobarbelés galvanisants et d’hexamètres dactyliques hyperbranchés.

De toute façon, le courant ne passait plus dans la salle. L’auditoire étouffait

sous l’âcre remugle d’une foule croupissante ;

et l’atmosphère, pleine comme un œuf, était à son comble.

On entendait bien ça et là, de temps à autre, quelques ronflementsonges qui ponctuaient avec peine

l’interminable spitche.

Trop dense, le discours courait comme un torrent furieux.

Un hurlementsonge final du grand blablateur

fit grésiller les sonotones

et brusquement, l’assistance assistée,

rallumant ses écouteurs et rassérénée,

se remit d’aplomb pour embrayer la Marionnaise finale.

La campagne était close dans la grande Cité,

ouverte à tous les vents

de la vieille patrie pétomaniaque

Repost 0
Published by Venner Yann - dans poèmes - romans
commenter cet article
23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 11:32

A quoi bon

Quand l’existence est détestable

Qu’on a du chagrin plein les yeux

Quand l’évidence est exécrable

Et qu’ça irait p’têt un peu mieux

Si ça vous grattait moins la gorge

Quand y’a plus d’feu au fond de la forge

Qu’on na plus le cœur à la fête

Ni rien pour s’égayer la tête

À quoi qu’ça sert à quoi qu’ça sert

De sourire et de semblant d’faire

De faire aller comm’ci comm’ça

De r’sasser et d’avouer tout bas

Bonjour Monsieur comment ça vit ?

Mes hommages à vos canaris !

Et vous Madame à votre porte

Enchanté de vous savoir morte !

A quoi bon larmer sur son sort

Se r’garder s’dire qu’on est encore

Un être humain une apparence

De quelqu’un d’bien

Qu’a pas eu d’chance

A quoi bon s’poser des questions

Y’a-t-il un sol une solution

Un exutoire un palliatif

Une raison d’vivr’ un vrai motif

Bonsoir Monsieur toujours en vie ?

Tordez l’cou à vos canaris !

Et vous Madame sur le seuil

Combien voulez-vous de cercueils ?

Même discours même oraison

Je vais me faire sauter la caisse

Même folie même détresse

Je vais m’faire sauter le caisson

Foutre le feu à ma paillasse

Mett’le feu à mon paillasson

Quand l’existence est détestable

Qu’on a du chagrin plein les yeux

Il est l’heure de quitter la table

Et d’s’envoyer aux septièmes cieux

***

" I hope it is no crime to laugh at all things – for I wish to know

what, after all, are the things but a show.” Lord Byron

Repost 0
Published by Venner Yann
commenter cet article
23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 11:29

- Tu sais Fanch que les plages du monde fondent actuellement comme du sucre ?

- Je le sais pour sûr ! Elles pourraient même avoir disparu avant la fin du nouveau siècle. C’est la conséquence d’un appétit démesuré et contemporain pour notre sable ! C’est lui le héros invisible de notre époque ! Arrêtons donc de construire avec du béton ! T’es pas d’accord Eugène ?

- T’as raison, quinze milliards de tonnes par an à ce qu’il paraît ! Voilà où on en est avec ces voleurs de sable !

- Et oui, c’est la ressource naturelle la plus consommée après l’eau. On fabrique aussi avec le sable du verre, des cosmétiques des ordinateurs. C’est devenu l’enjeu d’une bataille économique féroce avec ses conséquences écologiques désastreuses !

- Des dragueurs des mers avec leurs suceuses érodent les rivages, le littoral se retrouve grignoté mètre cube après mètre cube et cela devient une véritable maffia ! Cette poudre grise attise toutes les convoitises et les excès des uns rejaillissent dans la vie des autres. A travers la frénésie bâtisseuse, la spéculation immobilière se dévoile. La démesure bling-bling à Dubaï avec ses ilôts artificiels en est bien une preuve Fanch !

- On a même fini par vendre du sable d’Australie aux Arabes, tu te rends compte La Brebis ? Du sable aux Arabes, puisque celui du désert ne vaut pas un clou pour la construction ! Et puis quand il faut le dessaler ce sable, toute une histoire ! Certains ne le feront pas ou presque pas. Imagine ces appartements devant les plages marocaines bâties de la sorte ! Dans trente ans, le sel mélangé au ciment aura tout bouffé et les constructions s’écrouleront !

- Finies les vacances à la plage dans cinquante ans ! Trébeurden, Trélouzic, l’île Molène, Tresmeur, Pors Mabo, Gwoas Treiz et combien d’autres, rayées de la carte ! Vise un peu la gueule des touristes !

- « La mer est mon plaisir. » nous dit la devise de Trébeurden. Tu parles d’un plaisir avec du roc sous les pieds quand tout le sable se sera barré ! Extraire le sable au large de Trébeurden est une folie ! Non pas douce, mais très salée la note ! Très salée ! Et dire que cinquante pour cent de la population mondiale vit en bord de mer ! Foutu le littoral, foutu !

Repost 0
Published by Venner Yann - dans roman
commenter cet article
23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 11:25

DESTIN ?

Je suis un malappris

ou un mal apprenant,

j'ai beaucoup de soucis

je dis « oui » je dis « nan »

je dis n'importe quoi

pour qu'on me laisse tranquille

mais tout seul je déprime

alors à quoi ça rime ?

Alors quoi, alors quoi ?

Rester seul(e) dans mon île ?

Bouger ou rester coi ?

Bouger ne pas bouger ?

Se mouvoir s'émouvoir ?

Rester figé, ou dans le noir ?

Et brasser des idées

idées fixes idées noires ?

Faut-il bouger sauter

faire pleurer les miroirs ?

Moi je veux t'émouvoir

te bouger te mouvoir

moi je veux t'émouvoir

faire trembler ta mémoire.

Alors je crie « Moteur »

« Silence » on va tourner

alors je crie « Pas peur »

« Confiance » et c'est parti !

Tu vois je t'ai surpris

et de surprise en prise

on dépasse la crise

on lui ajoute un « E »

et elle devient « cerise »

On attrape la lune

on s'aime sans rancune

chacun veut sa chacune

on oublie l'infortune

Se mouvoir et s'émouvoir

voilà la clé pour s'entrevoir

et si l'on s'entend dans le noir

et si l'on se voit tous les soirs

on fera pleurer les miroirs.

Oui mon frère, blanc ou noir

on fera pleurer les miroirs

Bonheur bonheur bonheur bonheur.

Bouge ton corps

bouge ta langue

Écris un beau brouillon d'idées

Bouge ton corps bouge ta langue

et tu seras transfiguré.

J'étais un malappris

et un mal apprenant

je dis « adieu soucis »

et je vais droit devant

Bouge ton corps

bouge ta langue

Écris un beau brouillon d'idées

Bouge ton corps bouge ta langue

et tu seras transfiguré.

Repost 0
Published by Venner Yann
commenter cet article
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 19:35

Nu

Nu

Dégrafe tes bijoux et pose

Ta main sur ton sexe de rose

Libérée de toute parure

Tu déroules ta chevelure

Entends-tu Baudelaire gémir

Son fantôme aime les caresses

Allongée comme une hétaïre

Ta jouissance est une promesse

Repost 0
Published by Venner Yann - dans poèmes - romans
commenter cet article
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 19:18

La leçon de peinture

Immobile et figé comme une image sainte

Le paysage est là posé comme une empreinte

Pas un bruit pas un pas

Ne trouble cet instant

Le peintre à sa palette choisit des touches d’or

Pour signifier le ciel l’en-haut le firmament

Il prend un peu d’argent

Pour le rendre aux étoiles

Puis du blanc pour la nuit

Car la nuit est laiteuse

L’air moite et Bételgeuse

Fixe d’un œil moqueur

Cet homoncule artiste

Ce faiseur ce copieur de nature encadrée

Qu’il ira vendre un jour

Aux amateurs glacés

Sur un simple tableau

Une petite toile

Un morceau de pays géométristemort

Ira fleurir musées salons faire décor

Le peintre achève alors

Son obscure besogne

Assis debout râlant il pille sans vergogne…

Et la nature s’endort souillée sous son étreinte

Demain au petit jour elle ira porter plainte

Repost 0
Published by Venner Yann - dans poésies
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog littéraire de Yann Venner
  • Le blog littéraire de Yann Venner
  • : poèmes publiés en recueils de l'auteur, ses romans noirs & cocasses, articles divers autour du polar, des littératures du Maghreb...
  • Contact

Recherche

Liens