Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 avril 2021 1 19 /04 /avril /2021 19:30

4

  Une histoire vraie, après le déconfinement. Juin 2020.

 

 

C'est un jour bien triste pour le petit hameau de Kerlouzic, non loin de la sous-préfecture de Lannion, en Trégor. La vieille Fernande Gladic n'est plus. A quatre-vingt-sept ans, elle vient de rejoindre d'improbables paradis. C'était une solide paysanne qui avait perdu deux fils à la guerre ; et un mari, rongé par un cancer - dix ans plus tôt. « Foutus pesticides ! », avait-elle crié, alors que l’on descendait le cercueil en terre ; en 2010, mais personne ne l’avait écouté, ni suivi.

La ferme des Gladic, propriété de douze hectares, avait autrefois nourri en partie le hameau et les bourgs voisins. Des vaches laitières, de la race Froment du Léon, à la robe semblable à une crêpe bien dorée, et qui donnaient un excellent lait, avaient rassasié bien des estomacs. Beurre salé au goût de noisette, fromages à la croûte couleur bronze ; des légumes aussi, des œufs ; et moult charcuteries diverses fournies par deux douzaines de porcs nourris de glands, de betteraves et bouillies variées. Tous ces produits se retrouvant sur les étals et le banc de Fernande Gladic, quand elle venait chaque jeudi sur le marché de Lannion.

Trente-cinq années durant, la fermière avait assumé cette lourde tâche avec entrain et passion. A soixante-dix-sept ans, elle se retrouva veuve ; n'eut plus de goût à rien. Ce troisième décès avait barré toutes ses ardeurs. Fernande tomba malade.

Elle fit alors appel au guérisseur de Kerlouzic, un proche voisin.

Le bonhomme avait hérité le don de son père qui lui-même avait reçu ce don de son père qui...

Jean-Baptiste vint au chevet de Fernande ; et après trois visites sous le signe de rituels magiques, il lui annonça :

  • Tu vas survivre, Fernande Gladic. Tu as encore de beaux jours devant toi. Dès demain, tu vas te lever et sortir à l'air pur. Le printemps est là, dehors. Il t'attend. Embauche un commis, une servante, et tout ira bien. Pour les bons soins que je t'ai procurés, je te demande juste de me donner un veau. Celui que tu choisiras.
  • Marché conclu, dit Fernande qui avait une confiance absolue en cet homme. Viens le chercher toi-même demain.

Et c'est ainsi que la fermière guérit. Comme elle avait un peu de bien, elle embaucha du personnel. Puis vendit ses bêtes, cochons et vaches. Elle garda quelques poules et, aidée de son commis et de sa servante, entretint un petit potager, après avoir loué ses terres à un laboureur du coin. Ses forces revinrent peu à peu, mais des forces âgées de soixante-dix-sept ans. Il lui fallait des occupations douces, pas trop physiques.

  •  Apprends donc à lire, lui a conseillé le guérisseur. Tu verras, c’est un art de vivre, de réfléchir et de voyager incomparable !
  • Incomparable, tu dis ? Des feuilles blanches noircies d’encre vont me procurer tout ça ?
  • Oui, aie confiance en toi. Et un peu en moi. C’est aussi une autre manière de te guérir.

Et comme elle croyait aux paroles de cet homme de foi, elle décida donc de s'instruire et de découvrir les plaisirs du livre. Il fallut retourner sur les bancs de l'école, apprendre d’abord à déchiffrer. Fernande y fut accueillie avec chaleur. Les enfants du bourg la connaissaient depuis toujours et la nouvelle élève fit de rapides progrès.

Un an plus tard, elle avait acquis un petit bagage qui lui permettait même d'être une très modeste auxiliaire pédagogique auprès de la maîtresse qui avait à gérer les plus grands de la maternelle.

 

Fernande découvrit les grands auteurs, se passionna pour la bande dessinée, les albums, les contes, les légendes, la poésie ; eut envie, elle-même, d'écrire des histoires.

Elle montra ses premiers textes courts au guérisseur, au curé du village, au médecin du bourg voisin. Tous l'encouragèrent à poursuivre. Et Fernande, jouant allègrement avec les mots, choisit pour pseudonyme, Clarisse Dermott. A près de quatre-vingts ans, elle envoya par la poste son premier ouvrage, manuscrit original, à une maison d'édition parisienne. Trois cents feuillets remplis d'une écriture fine et serrée. Pas d'ordinateur, que du cousu main ; un ouvrage qu'elle avait elle-même mis en pages sur du papier spécial. Fernande en avait fait bien sûr, sur les conseils de ses amis, deux autres copies. Intrigué par cet ouvrage hors norme et au contenu étrange, l'éditeur de la capitale se renseigna, puis délégua une de ses correctrices sur les lieux, à Kerlouzic même.

La jeune parisienne débarqua en gare de Lannion. Elle avait lu avec attention le texte de Clarisse Dermott, alias Fernande Gladic.

Après avoir pris un taxi, elle frappa à la porte de la nouvelle écrivaine.

« - Bonjour chère Madame. Je me présente : Alicia Fontenelle. J'ai beaucoup aimé votre ouvrage, et notre maison d'édition souhaiterait le publier.

  • Entrez donc, Mademoiselle Alicia, et venez près de la cheminée. Vous semblez avoir froid.

Les deux femmes s'installèrent et devisèrent une bonne heure près des braises rougeoyantes. Fernande se levait de temps à autre pour ranimer une énorme bûche de chêne à l'aide d'un antique soufflet. Alicia relut à voix haute le début du livre.

Le récit de Clarisse Dermott commençait ainsi :

 

           A Louis Guilloux, Armand Robin,

ces deux écrivains héroïques

     qui auront pétri de leurs mains

     la chair et l’âme d’Armorique.

 

« Le pain des rêves », « Ma vie sans moi »,

ils vivent à deux sous mon toit.

 

Je rêve leurs deux écritures

chevauchant la même monture.

 

Libertaires de cette Terre,

ouverte à tous les finistères,

 

française, gallèse ou bretonne,

L’Outrelangue est leur aventure.

 

Outrelangue, mot d’ouverture...

 

 

Puis, sans aucune transition, page suivante, ornée d'une frise coloriée à la main, la première histoire : 

 

 

« LES GLOTOMUCHES ONT DES BRIQUETTES »

 

Nouvelle inspirée - de très loin - d’un roman d’Albert Camus : « La peste »

 

 

   « Midi sonnait au champignard de Glotoville. Les Glotomuches, pressés, sortaient de leur jobinard et les rues, d’un seul coup, s’énerculèrent des bruits les plus vénéneux.

Il était l’heure de s’emplir le croûtignon et de faire ribambelle de nutraline. Une fois les Glotomuches rentrés dans leurs lardières, la rue redevint palzigotte.

Un pauvre chien, tout gratigneux, traînait ses patamuches le long des malavoines, à la recherche de quelque lardenouille bien canichard. Soudain, il aperçut, bondissant d’une malavoine renversée, un horribilard cornu qui s’exgamala aussi sec à ses patamuches. Raide exgamalé, l’horribilard ! Avec un filet de charmouille aux commissures labinaires ! Le chien, qui n’était pas plus bête qu’un Glotomuche, mascara bien que quelque chose ne turlurait pas miroton.

-         Ah ! Berlurette ! Qu’est-ce c’est’y s’badigoince donc ? 

Il s’avança, à pas de rouflaquettes, vers la malavoine chargée de monastère. Une odeur défécateuse s’expalombait aux alentours ; déburquant le couvercle, il aperçut à l’intérieur des didouzaines d’horribilards exgamalés : tous, pêle-mêle, encharnementés comme des sardophiles d’un autre âge !

 

-         Nom d’un bitoniau à casquette !  breloqua-t’il entre ses labinoires. Qu’est-ce qui m’a fatraqué un encharnement pareil ? Il faut que j’évangélisse absolument mon Glotomuche de cette fariboule ! Quelle hépataloire ! 

Il courut à toutes patamuches chez son maître Arnioche qui vacarait dans une jolie lardière. Maintenant, les autres Glotomuches retournaient au jobinard, le croûtignon bien rempli. Mais son maître ne jobinardait pas aujourd’hui car il était un peu perruqueux : un genre de bronchite, à ce qu’il paraît.

Le chien sonna au corgnolon, fort muchiné et hors d’haleine. Arnioche, d’un pas vanilleux, vint lui ouvrir.

-         Ah ! C’est toi, vieux gratigneux ! Où as-tu encore été moisiner, chien d’arrissoire ? 

Son Glotomuche le hapenardait souvent, mais au fond de sa carnoche, il le brisouillait bien.

Une fois la fariboule racontée, le pauvre Arnioche vasourina dans la dirnache la plus complète.

-          Quelle hépataloire !  ne cessait-il de breloquer. « Pourquoi tous ces horribilards exgamalés ? Et il doit y en avoir des millzims aussi dans les lavinoirs et les égouttines ! C’est sûrement dû à une marinade contagieuse ! Pourvu que les Glotomuches ne soient pas tous marinadés. Il faudrait avertir mon sibophile, le professeur Nerviandeux. Peut-être possède-t-il le sérinium enjolivateur contre cette marinade. 

Le chien, pour une fois, s’accorta avec son Glotomuche qui n’était plus de tout perruqueux après une telle fariboule, et, tous deux finardèrent chez leur sibophile...

C’est alors que les briquettes commencèrent à Glotoville et pour tous les Glotomuches. Dans les journaux du soir, on pouvait lire.

« Fantastique hépataloire !

La fariboule la plus tragique de notre séculoire !

LE PROFESSEUR NERVIANDEUX DECOUVRE UNE NOUVELLE MARINADE !

DES MILLZIMS D’HORRIBILARDS EXGAMALES !

A QUAND NOTRE TOUR ?  LE PROFESSEUR CHERCHE LE SERINIUM MIRACLE ! »

Pauvres Glotomuches ! Eux qui étaient si jarnillons et malissoires d’habitude ! Les voilà complètement dématelassés ! Ils criquettent pour leur santé et se mettent tous à breloquer en même temps, et à sombrer dans la dirnache.

-         Et ma lardière que je n’ai pas encore fini de palsouyer ! Mes petits Glotomuches, ils vont tous exgamaler ! C’est chiborgneux ! C’est la fin des charpinots !  crépinaient-ils, comme des poules.

Quelques sécartièmes plus tard, tout Glotoville était dans la rue, devant la lardière du professeur. Le peuple des Glotomuches scandait.

-          Nerviandeux, Nerviandeux ! Le Sérinium enjolivateur ! Le Sérinium, le Serinium ! Cherchez-le, brignez-le et vacazinez-nous !

Facile à breloquer, mais pas facile à brigner, mascara le professeur qui, de son laboratoire, entendait les insuflades de la foule vindicargneuse. Alors, du haut du balcon de sa lardière, il époustrophia le peuple Glotomuche.

-      Caramades profitélaires, caramades expolateurs ! Je vous en conjure ! Ne grisounez pas la paltembouille dans toute la ville ! J’essaie de brigner de mon mieux. Foutrissez-vous dans vos lardières et attendez la déssouchette ! Avant peu, j’espère vous vaccaziner tous ! Ne friloussez plus et ne laissez pas la dirnache vous asperger ! Compris ? Bon ! C’est pas tout ça, il faut que je retourne à mon labyrinthium !

Satisfaits, les Glotomuches se foutrissèrent à petits pas dans leurs lardières et attendirent en mascarant des heures plus chamareuses.

Le crépuscule s’inocula peu à peu sur Glotoville et une nuit de grande tricotine drapina la cité. Le vent du lardet bronchinait et des odeurs défécateuses s’expalombaient toujours. On pouvait entendre friqueter les dentiers et larmoyer les quinquinaux des pauvres Glotomuches.

Tout le monde était grandement tristouillet sauf un seul et unique être, la maîtresse d’Arnioche, une jolie Glotomuche, bien rondounante et frimouillettte... comme une méridoine. Elle s’appelait Jarnitelle et sentait bon la trémolière. Jamais son moral n’était décrouné tant elle brisouillait la Vie. Et cette nuit-là, elle était justement avec le pauvre Arnioche qui madeleinait à tout va. Jarnitelle, pulpeuse et solide comme une droque, le rafistolait par de douces breloques.

 

-         Allez mon rodomuche ! Oublie donc ta dirnache ainsi que tes briquettes et viens dans mes trisseaux ! Oh, il était tout molinadeux, le petit Nionioche à sa Nitelle ! Il ne frilousse plus maintenant qu’il est grand ! C’est qu’il a les quinquinaux tout barbotés, mon joli Glotomuche à mio ! Il va se drapiner dans son dodo et variner à des choses plus chamareuses.

Alors, comme par manègerie, Arnioche s’endormit dans les trisseaux de Jarnitelle, elle qui ne mascarait qu’au bonheur de son Glotomuche et de tous ses frères, attendant en friloussant, l’exgamalade irréversible… »

****

On entendait le tic-tac régulier de l'horloge. Alicia Fontenelle reposa le manuscrit et regarda la vieille dame. Elle s'était endormie, sourire aux lèvres. Un souffle régulier soulevait sa poitrine. Comment une telle femme qui avait découvert la lecture et l'écriture depuis quatre ou cinq ans pouvait avoir commis un tel récit ? Quant à la suite, encore plus étourdissant : la page manuscrite suivante s’ornait d’une guirlande de fleurs et d’hirondelles, dessinées au crayon de couleurs.

 

 

 

 

« FADO MINEUR EN RÉGALANCE »

 

 

Une mise en scène

 

 

« Je suis née en mille neuf-cent trente-trois, un jour d’oubli, de froide résurgence. Il pleuvait ce jour-là des adieux de poèmes. Les filles à marier hoquetaient comme des cloches. Et le beffroi sonnait des airs d’hallali.

 

Tous étaient sur la paille : l’âne, le bœuf et l’autre, qui lorgnait dans l’œil du voisin. On aurait pu croire qu’il tombait des faucilles, que le sang répandu avait un goût de miel - avec son petit ru qui coulait par saccades. Les rues poissaient, le beau temps moisissait, et même les ailes des mouches n’y croyaient plus à l’envol de la pensée.

 

La chouette de Minerve avait fermé boutique, son œil et son clapet, baissé le rideau de fer ; et seuls les becs de cane indiquaient encore le Nord, l’espoir droit devant, au fond de la cour à gauche.

On respirait mal. On transpirait bien. Les peuples agitaient des carcasses de rêve au-dessus de leurs têtes.

 

Seule dans mon accoutrement du premier jour, suspendue à une poutre, un clou, un harnais, un lange bien noué, je cherchai des sensations fortes. Déjà mon odorat pouvait distinguer l’odeur des ombres vives, des âmes mortes ; bref ! Le monde, et son cortège d’hallucinations habituelles. La vie est un songe, isn’t it Mister Calderon ?

Des remugles de cuisine, de pisse tiède, de brioche ; et l’odeur d’un violon neuf qui vient juste d’être verni.

On aurait pu être à Venise, on n’était qu’à Mornebach, petit village de rien du Doubs. Altitude 429 mètres, boucherie - charcuterie à tous les étages, un bistrot, Le pourquoi Pas ?  Et une kyrielle d’habitants effrontés. Et leurs enfants : fruits de la passion, pommes de discorde - réunies en quelques quartiers, jetés là, au hasard des saisons.

 

On me choisit une nourrice, prénommée Clémentine. Ma première impression fut la bonne. Épaisse comme une tranche de bon pain avec juste deux belles taches de fruits rouges qui lui servaient de joues ; belle à croquer, appétissante à souhait pour le bébé que j’étais. La bonne était ma nourrice. Ma nourrice fut la bonne. J’étais sauvée.

 

II

 

Le mythe des origines était une fois de plus en première page. Ma photo y tenait lieu de preuve, y était bien en place, et j’y tenais à cette illustre action, au format 9 x 13. Bien que n’y tenant plus, il vaut la peine de dire que le photographe anonyme nous avait fait languir, j’étais en veste de fourrure, avec un zeste de fou rire, offerte au monde... Le journal m’avait gratifié d’une photo à la Une. Unique en son genre la mouflette, en verve ! Mais plantons- là le décor et oublions les apparences. Moi, genre ogresse en miniature, suçotant à loisir la belle bombe de chair fraîche de ma nourrice, moi nue, dans ma seule veste de fourrure.

 

Elle, béate, comme si elle “faisait” ça pour la première fois, les dents bien en vue, le bras souple m’enlaçant. On m’avait élevée à la hauteur humaine. J’étais, pour le lecteur, la métaphore vive du clone, atteint par la grâce de la modernité. Légende : “Le retour des beaux jours”. Ce n’était qu’une photo publicitaire, pour la publicité. Mon destin pouvait désormais s’acheter, ou se vendre ; au plus offrant.

 

 

III

 

 

Ici commence un nouveau rêve. O sotie ! Poignée de main aux oiseaux. Je leur jette les mies blanches de mes nuits. Pas de culpabilité et surtout pas de finitude. Je revendique un concept moderne de destin : une poignée de pain de mie, de mie de pain, partager l’intelligence du jour. Avec qui ? Allégeance et contingence ? Avec quoi ? Se bousculent encore les voix abolies, les visages muets, traces absentes, interfaces défaites. Malgré tout, jubilons ; car si tout est déceptif, rien ne sert de mourir ; il faut, il vaut la peine, plutôt, de partir à temps vers le pays d’Oblaaaaablaaation.

 

Offrons nos corps à la mitraille, nos cœurs à la vindicte, et profilons bas, à l’anglaise comme je te pousse, et sautons les obsolescents obstacles des religions, confondues en magmas volcaniques. Que ces borborygmes sacerdotaux ruinent nos pas, grèvent notre budget militaire et que s’embrasent désormais sur la bouche à feu, le sabre et le goupillon, la salive des clairons, la salve du sauveur suprême, l’écrivaine de la vie. Fin du rêve ?

IV

 

Il est temps de revenir à ma genèse... Donc, au troisième mois après ma naissance, je fus prise en flagrant délit de photo, avec nourrice et attirail. Le journal, qui voulut bien célébrer le printemps, cette éternelle, histoire, avait organisé le concours du plus beau bébé. Le village avait tranché ; j’étais choisie, puisque née la veille de cette féconde et salutaire saison, mais quelle saison ne l’est pas...

 

Ma mère était déjà partie faire des courses, à Killarney, avec un nouveau jockey, fort en gueule et fier à bras, comme un Turc en miniature, qui savait, à ce qu’on m’a dit plus, tard, la monter gaillardement en levrette berrichonne, en brouette écossaise, à la Béru, à la Blériot et autres zoiseaux du genre... masculin pluriel. La nourrice, prénommée et nommée Clémentine Heurtebise de La Souche, était une ancienne noble déchue de haut lignage 222 000 Volts, Ampère et fils au capital de 70 000 Euros, remboursables au taux actuariel brut de pomme de 6,4 la minute, cette nourrice affable, me recueillit donc.

 

Elle eut le bon goût de m’attirer entre ses généreuses mamelles et de faire de moi la plus heureuse des mômes. On dit d’Homère qu’il était aveugle, dixit Homerum caecum fuisse, on dit beaucoup de choses, on en écrit tout autant en emporte les goélands, mais il vaut la peine de savoir, tout de même, que je m’instruisis beaucoup au cou de cette nourrice, non agréée par le gouvernement, non reconnue par l’Université de Montbéliard, non admise au Capes de philanthropie, mais géniale, absolument formidable. Je dois à Clémentine, la douce féminine, la joie de mes yeux sombres, l’appétit pour la vie, la soif de connaissance et le goût des études.

 

Elle m’apprit la danse du ventre vide, le tamouré en grains, la valse aux adieux, la prise de la Castille ; toutes matières confondues, je devins une forte en thème, quoique ayant de l’aversion pour icelui. Gloire et bénédiction, orgueil, autoglorification ; qu’il est facile de se livrer, de livrer en pâture ses souvenirs complètement inventés et vrais à la fois, la littérature et l’autofiction, vous le savez peut-être, mes chères consœurs, la littérature étant une modélisation secondaire du réel ; mais crève de plaisanterie, comme le disait Milan Kundera à Monsieur K..., l’histoire continue tambour major battant.

 

 

IV

 

 

... Sinon que dire de Clémentine, fourmigale adulée, princesse désarçonnante, qui n’eut de cesse de m’étonner, de me ravir, de me distraire, de me malaxer le patrimoine génétique, de me ronger l’os, jusqu’à la dernière goutte. Sa nourriture m’apporta, outre le couvert des mots, blottis en elle comme une tiède nostalgérie, la force de combattre les barbus de tout poil, les fanatiques du Livre, et tous les collabos de l’âge d’or. Nourrie ainsi de stupre et de vermisseaux, je subsistai jusqu’à la Pentecoûste 1976 de l’ère chrétienne, année qui vit mourir (vit de voir et non de vivre) mes compagnons de route : Malraux, Mao, Queneau ; trois gloires fantastiques, fantaisistes et élastiques à toute théorie qu’elle soit littéraire, poétique ou politique. Voilà comment j’écris l’H/histoire ; et pourquoi cette fille est restée muette.

 

Pendant ce temps, Clémentine nourrissait la volaille, gavait le cheptel, les oies de contrebande ; et gare à l’oiseau de mauvais augure qui aurait voulu abriter son aile sous ses jupes ! Elle vous l’écrabouillait alors d’un coup de talon mal placé entre le méat et la fosse d’aisance d’icelui. Et seul un urinoir en détresse aurait pu encore reconnaître les siens.

1976 fut une année terrible. Terrible et magnifique, car je perdis mon sens du guilledou, mon innocence amène, atteinte d’une nécrose pulmonaire qui allait bientôt m’envoyer à dame.

 

Je respirais chez moi de si altiers cirrus que le plein air et ses activités champêtres, m’apportaient le bien naître qui me construisait chaque jour un peu plus. Maintenant que je vis retranchée dans ma tour de cigares, je fais moins la Maline ; j’aspire à des nuages doux, à des envolées de points sur les I, à des combats de mots écharpés, à des foulards de soie sauvage. La baleine blanche a fait deux petits : nuage sur le dos, marée montante. Le soleil se couche à la croisée des fontaines.

 

Je respire un entourage de jardins, d’orages en fleurs ; une vive lumière éclaire les légumes. Bien aise dans ce parc aéroterrestre ! Tout est à la mesure de l’incommensurable ! Tant mieux ! Pas de fin ! J’entends un piano qui escalade des descentes impromptues. Ach ! Ce Bach ! Arsenal de ma douleur, et ce… Povitch ! Pourquoi toutes ces touches de laine impressionnistes, tricotées à l’encre du poignet ? Je me fonds dans une goutte de neige. Rien ne va plus de soie. Parole cadenassée, tour d’écrou, tour d’ivoire et tapis noué, comme ma gorge. Plus aucun motif, et pourtant !

Va donc te terrer et te taire, loin des cieux et autres hauts rhizomes.

A bientôt de te retrouver pour d’autres nouvelles, d’autres recherches. »

 

 

 ***

 

 Alicia referma le livre et sortit à pas de loup. Elle ne voulait pas déranger plus longtemps la vieille femme qui s'était endormie pour une heureuse éternité. Le livre ne fut jamais publié. On enterra Fernande Gladic avec tous ses manuscrits. Un diacre venu du bourg voisin prononça l'ultime parole avant que les fossoyeurs ne jettent la première pelletée de terre.

« Requiescat in pace. »

Qu'elle repose en paix.

  Et dans le ciel bleu où flottait un nuage triste, un enfant vit plusieurs hirondelles tracer un mystérieux paraphe.

S'il avait su lire, il aurait sans doute reconnu la signature de Clarisse Dermott.

  Mais pas un seul adulte ne releva la tête.

 

La tombe de Fernande Gladic, outre son nom, porte une seule inscription : 1933-2020. Imaginez ce tiret, placé entre deux dates, et qui signifie toute une vie ; un simple petit tiret. Pour quatre-vingt sept ans d’aventures tristes et joyeuses.

Un simple tiret commun à nous tous, frères humains. Mais il vaut mieux ne pas en tirer de conclusion. Et voir, dans ce signe typographique, un doux chant infini d’histoires à écrire – pour que danse la vie.

Et qu’à l’évidence, la vie soit plus dense.

 

 

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2020 7 19 /07 /juillet /2020 22:21

KERLOUZIC EN TRÉGOR  ou Le mauvais œil

Trois contes

 

1  Mauvaise vue

 

 

  Il y avait non loin de Lannion, du côté de Kerlouzic, près d’une source claire où chantent les grenouilles, une ancienne institutrice nommée Félicie Le Coz. Elle habitait seule une simple bâtisse dont les murs de granit, rongés par le lierre, menaçaient de s’écrouler. De larges fissures – par lesquelles la pluie s’était peu à peu infiltrée - avaient remplacé les anciens joints, faits de terre et de chaux. Tout s’effritait, menaçait ruine, tandis que la vieille femme continuait de chantonner, malgré les assauts répétés du destin.

  Deux fois veuve, un unique fils soldat de l’ONU, tué lors d’un énième conflit interreligieux, Félicie Le Coz est atteinte depuis quelques mois par la DMLA, une dégénérescence macula ire liée à l’âge. C'est-à-dire, en termes moins choisis, qu’elle sera bientôt aveugle. De troubles pensées assaillent Félicie. « DMLA moi ! Ce toubib et cet ophtalmo de malheur se sont mis le doigt dans l’œil jusqu’au coude ! Juste bons à me piquer mes sous et à creuser le trou de la Sécu, ces vieux myopes ! » La dernière phrase lui ayant échappée, soliloquée à voix haute :

  -  C’est pas à Félicie qu’on va faire prendre des vessies pour des lanternes !

  -  C’est quoi, Mam’ goz, des vessies ? Et des lanternes ?

  Le petit orphelin de cinq ans - seul héritage laissé par un soldat mort et une mère disparue on ne sait où - répond au doux prénom d’Oscar. Sa grand-mère Félicie a obtenu auprès des juges de tutelle la garde et la possibilité d’éduquer au mieux cet enfant qu’elle aime à habiller de bleu. Il a déjà connu deux orphelinats et une famille d’accueil.

Félicie s’était battue, Félicie avait gagné. Pour le moment. Même si l’extérieur de la vieille bâtisse du hameau de Kerlouzic avait fait un peu tiquer l’assistante sociale.

  La DMLA, si elle progressait, devait rester secrète ; sinon, Félicie serait jugée incompétente, inapte. Plus d’Oscar à la maison, plus aucun rire, ni sourire d’enfant. Je suis peut-être égoïste, pense-t-elle, mais merde à l’institution ! Ce gamin est mieux ici que dans un orphelinat sans âme et sans amour !

  -  C’est quoi, Mam’goz ?

  -  Quoi, quoi ? … Ah oui ! Des vessies. Et des lanternes ? Eh ben, c’est une vieille chanson que je chantais étant petite, à l’école… Mais je l’ai oubliée, mon Oscar…

Et dans un tendre sourire, le regard embué de larmes retenues, Félicie prend l’enfant sur ses genoux. Lui chantonne à l’oreille des syllabes étranges revenues du passé.

Oscar n’insiste plus ; l’enfant écoute la berceuse, emporté dans un autre univers.

La grand-mère aussi s’endort peu à peu. Elle resserre les bras autour de la couverture de laine bleue, qu’elle a tricotée récemment, malgré sa vue qui baisse.

Oscar n’est plus là ; n’a jamais été là. Un phantasme d’enfant trouvé. Une résurgence du passé.

Un passé, qui ne passe pas.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2 Œil pour œil

 

  A quelques pas du hameau de Kerlouzic, où se tenait encore debout la demeure de Félicie Le Coz, vivait un vieux célibataire surnommé Fanchdu. Ses relations avec l’ancienne institutrice se bornaient à un bonjour ou un bonsoir - une fois l’an tout au plus.

François Lenoir était né au pays gallo, vers Pordic « … Tout loin là-bas, bien au-delà de Guingamp, tu vois ? » comme aiment à dire dans leur langue certains habitants du Trégor, buveurs de cidre aux aigres bulles.

  • Et tu sais pas, mais moi je sais, que son père à ce garslà, tu vois, oui son père même, c’était un bûcheron genre sorcier, chasseur d’oiseaux, oui, et qui chassait à la glu. Oui la glu, tu vois ? Et qui clouait, Ma Doué, aux portes des granges, des hiboux, oui vat ! Des hiboux ! »

   François Lenoir, surnommé Fanchdu est arrivé en ce pays de Lannion, à Kerlouzic, accompagné – sans le savoir - de cette sombre rumeur.

  La principale activité de ce robuste gaillard consiste à « faire du bois pour les beurgeois d’la ville », stère après stère, corde après corde et cela cinq jours par semaine, « Tout à la sueur de Loupig et d’mes deux bras ! » Pas de tronçonneuse, un antique cheval et quelques outils – entretenus à la perfection - ayant appartenu à son défunt père – pour richesse. Il habite une cabane de rondins sans aucun confort. Entendons par là ni sanitaire, ni douche, ni chauffage. Deux planches de bois mal équarries, recouvertes de foin renouvelé chaque saison, lui servent de couchage ; une autre large planche posée sur deux rondins de vieux chêne pour table, un tabouret, et une pompe à bras près de la porte d’entrée pour se fournir en eau, telle est la fortune de ce brave travailleur.

  Près de huit heures par jour, Fanchdu débarde, faucille, hache, coupe, fend, aidé de son solide postier breton, dont la vue baisse terriblement. Un glaucome.

 

 

Ce jour-là.

  • Allons, mon brave Loupig, va tout drè, suis ton instin’. Tu vas y arriver !

  Et, suite à ces encouragements, le cheval tire - sur un sol couvert de ramures enchevêtrées et souvent glissant - les lourds troncs d’arbres. Tandis que là-haut, s’agitent dans les frondaisons, nombre d’oiseaux en révolte. Un concert de piaillements, de sifflements agacés, tombe sur ces deux étrangers venus troubler cet espace sacré. Oreilles agacées, Fanchdu et Loupig continuent de débarder, avec encore plus d’acharnement.

La sueur coule, des mouches se collent sur les chairs, s’agrippent. Elles s’acharnent, bourdonnent. L’homme et la bête s’évertuent.

  Hennissement violent. Une terrible embardée. Un taon vient de piquer Loupig sur la croupe. Le cheval se cabre sous la douleur et détale de toute sa puissance, arrachant tout sur son passage. Nouvel hurlement de la bête blessée. Rendue folle et sauvage.

Le temps de réaliser, Fanchdu essuie la sueur qui coule entre ses yeux. Regarde, impuissant, à travers un voile de larmes piquantes, les dégâts. Harnais arraché, guides et rênes rompues net, branchages en tous sens, comme une armée de piques et d’épieux, jetés et saccagés par le poing d’un géant.

Plus de cheval. Fanchdu part alors à sa poursuite. Ses grosses bottes de caoutchouc entravent sa course. Respiration hachée, souffle bientôt absent. L’homme s’appuie contre le tronc d’un frêne. Écoute.

  Là-haut, les oiseaux se sont tus. Un orage s’annonce et, dans le ciel lugubre, s’enroulent de longs écheveaux de nuages écorchés par le vent. Le tonnerre gronde, précédé d’un violent éclair. Le bûcheron sursaute, puis frissonne - au moment même où la foudre s’abat - à quelques pas de lui. L’écho lointain d’un hennissement lui parvient. Fanchdu reprend sa route.

  La pluie a redoublé de violence. Monte l’air chaud de la terre tapissée de feuilles mortes, tandis que la température baisse brusquement. On avance dans un terrain hostile où l’on distingue avec peine la trace de sabots ainsi que la sente probable créée par le cheval en fuite. Quelques feuilles vertes déchirées, une branche cassée, une autre pendante, guident le poursuivant.

  -  Mon pauvre Loupig, t’as pas demandé ton reste, pour sûr ! Le diable aurait été à tes trousses que tu…

Stoppé net par ce qu’il aperçoit, Fanchdu est à l’égal d’une statue. Mais une statue qui tremblerait. Des pieds jusqu’au sommet du crâne.

 Des centaines d’oiseaux noirs, dont les plumes renvoient des éclats métalliques violets, bleuâtres, s’agitent en tous sens, dans un étourdissant vacarme de cris rêches, nasillards et bruyants. Et cette masse de plumes recouvre une forme allongée, comme secouée de frissons.   Des centaines de pattes d’oiseaux au bec noir trouent les chairs, décavent les orbites, creusent à coups précis jusqu’à l’os. Et, du bas du bec de ces oiseaux en folie, dégouttent de petites rivières de sang. La meute sautille sans cesse sur le corps torturé du cheval couché.

Dans un dernier hennissement lugubre, la bête relève sa tête rougie, tournée vers son maître. Les dents de Fanchdu claquent ; ses jambes s’affaissent. Il pleure.

  Les corbeaux freux continuent leur festin. Loupig, à l’agonie, respire dans d’affreuses souffrances.

Alors, dans une rage subite, le bûcheron court sur la colonie de freux, une grosse branche à la main. Et dans un hurlement de folie, Fanchdu tape, tape, tape sur cette masse de plumes, de becs et de pattes frémissantes.

  Masse aussitôt envolée et désormais perchée sur les arbres alentours. Le fils de l'ancien bûcheron chasseur d’oiseaux se retrouve dominé, cerné par toute la colonie qui semble l’insulter.

Au sol, la dépouille du cheval massacré. Comment avait-il pu se laisser dévorer ? Était-il tombé ? S’était-il dans sa fuite brisé un membre ? Et ces centaines d’oiseaux rendus cinglés par l’odeur du sang ? Pourquoi ? Pourquoi ?

L’homme caresse son postier breton, lui embrasse les naseaux.

  • Bande d’assassins ! Mais où est votre maître ? Ce lâche qui n’ose se montrer !

 

La lourde pluie, poussée par les rafales de vent et de bourrasques, s’abat de nouveau sur l’homme et son cheval mort, tandis que, dans le lointain, Fanchdu croit entendre grincer les roues de la charrette de l’Ankou. Le bûcheron ferme les yeux. Ceux du cheval ont disparu, remplacés par deux flaques rondes de sang noir.

 

Les corbeaux freux portent la mémoire des ancêtres. Une mémoire qui crie vengeance. Tous attendent le crépuscule. Ils ont le temps et le nombre pour eux.

Et quand la nuit tombera sur Kerlouzic, ce sera au tour des hiboux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3   Les yeux dans les yeux

 

 

 

  A quelques pas du hameau de Kerlouzic, coule une rivière. Les habitants du lieu l’ont nommée la Fraîchouze.

Sa pente est lente, son débit discret. Elle offre aux animaux ainsi qu’aux humains son eau pure, claire et désaltérante. Fraîche en toutes saisons. Elle coule ainsi sur deux kilomètres environ, avant de rejoindre sur la commune de Lannion, un cours d’eau plus conséquent et plus turbulent, le Léguer.

  En ce matin d’hiver, tout est calme. Un timide soleil, tel un œil atteint de cataracte recouvert de sa peau, perce à peine la croûte des nuages. La rosée de la nuit a envahi les prés. Dressées sur leur hampe emperlée de gouttelettes froides, quelques rares fleurs bleues parsèment le paysage. En regardant d’un peu plus près, pour ceux qui ont une bonne vue, quelques crottes de lapins, encore fraîches, luisent. La nature joue son rôle et semble être bien faite.

 

  L’ouvrier Cozic, au milieu de la route, conduit son vélo d’une main sûre. L’autre fouille au fond de la poche droite, à la recherche d’un mouchoir à carreaux, roulé en boule. Il longe la rivière qui coule à peu près parallèle à la chaussée. Pas de vent. Tableau bucolique. Homme à vélo, pas de hic. Sauf un caillou placé là, au milieu de la route. Un innocent caillou.

Le temps pour moi d’aller à la ligne et voilà notre Cozic sur le cul !

Le vélo à la rivière. L’homme à la peine et en colère. Souffrant du poignet gauche. Cassé net !

  C’est alors qu’il entend, comme venu du fond de la rivière, une étrange parole :

  • Dis ce soir à ta femme de laver tes habits. Tous ce que tu portes sur toi. Et demain matin, sois en sûr, ton poignet sera guéri et tu pourras, en remerciement, revenir au même endroit demain soir, pour m’aider à essorer le linge que j’apporterai… »

  Se relevant avec peine, le dos meurtri, l’ouvrier Cozic, qui est plus préoccupé par son poignet brisé et le fait qu’il va arriver en retard au travail, que par cette voix venue d’ailleurs, s’approche de la rivière ; rien. Aucune trace humaine, aucune femme ou lavandière en train de battre son linge, rien. L’eau de la Fraîchouze, indifférente, continue de glisser entre les pierres moussues. Le vélo, au milieu du gué a souffert. Roue avant et guidon tordus, deux rayons cassés, un dérailleur hors d’usage.

 

  Cozic frotte de sa main valide son cuir chevelu. Une petite bosse, un œuf de pigeon, a fait son nid au milieu de ses boucles blond cendré. Une grimace lui tord la face. Son poignet le fait salement souffrir. La fracture, heureusement, n’est pas ouverte, mais comment arriver à Lannion ?

  L’homme clopine pendant une demi-heure, hagard, fiévreux.

Par chance, une voiture le prend enfin en stop. Mais la journée de boulot est foutue. Cozic regagne le domicile conjugal, raconte ses malheurs à son épouse Marie-Jeanne qui est en train de laver du linge devant la pompe à bras, près du puits. Dans la cour de sa maison, un vélo d’enfant, jeté là, avec négligence.

  •   Te voilà bien, mon bonhomme ! lui dit sa femme. En fait, tu as rendez-vous demain avec une lavandière de nuit. C’est une sorcière qui a pour éternelle punition de laver son linceul toujours sale, parce qu’elle a fauté. Elle te le fera tordre et retordre jusqu’à te rendre fou ! Puis, elle t’entraînera au fond de la rivière et tu seras noyé, mon pauvre Cozic ! Surtout, n’y vas pas ! »

Marie-Jeanne, par superstition lave tout de même les vêtements de Cozic.

Ce dernier, avant d’aller au lit, embrasse Manek, son enfant aux boucles rousses. Il lui fait gentiment le reproche de n’avoir pas rangé son vélo dans la remise. Et qu’une sorcière pourrait le punir… Mais le garçonnet s’est déjà endormi.

 Toute la nuit, l’ouvrier au poignet brisé, cherche une solution. Le lendemain, il ne va pas au travail et un petit sourire se dessine aux commissures des lèvres.

Vers le crépuscule, après une longue marche, tout en lampant quelques gorgées de lambig qu’il prélève d’une petite fiole, Cozic arrive, essoufflé, à l’endroit de sa chute. Le vélo est toujours là, au milieu de la rivière. Dans la pénombre, après avoir attendu un bon moment, il distingue une forme blanche sur la rive.

  • Bonsoir, Cozic. Tu as tenu parole. Touche désormais ton poignet. Plus aucune douleur, n’est-ce pas ?

Effaré, l’ouvrier tâte de sa main valide l’endroit de la fracture. Plus rien !

  • Eh bien, puisque tu n’as plus mal, tu vas m’aider à essorer mon linge. Allez, tiens ! Et tords bien, tords bien tous ces draps blancs avec moi. Tu te sentiras tellement fort que jamais plus ni la maladie ni les soucis ne viendront te contrarier. »

L’aigre voix de la femme qui avance vers lui avec un drap mouillé ne l’impressionne pas. Cozic regarde les mains osseuses de cette lavandière de nuit, échevelée, aux yeux blanc sale - semblables à des boules de gui.

Cozic tord le linge dans le même sens que la sorcière, tord toujours dans le même sens, au même rythme. Il a trouvé la solution. Surtout ne pas avoir peur et faire semblant de tordre le linge. Mais dans le même sens qu’elle ! Ses yeux rivés dans les siens.

Peu à peu, la femme s’énerve, respire de plus en plus fort. Ses doigts crochus s’agrippent sur le suaire chargé d’eau. Deux minutes encore se passent. Ivre de rage et crachant des onomatopées insensées, la lavandière de nuit trébuche. Cozic, le long drap trempé en main, forces décuplées et poignets solides, s’apprête à étrangler la lavandière de nuit.

  Soudain, venu du ciel, un éclair blanc frappe l’ouvrier Cozic.

 

  Le lendemain, ne voyant pas son homme revenir, Marie-Jeanne s’en va vers la rivière et retrouve son corps noyé, coincé entre deux gros cailloux, cheveux et vêtements en partie brûlés. Quand elle rentre chez elle, après avoir prévenu la gendarmerie, c’est pour trouver son fils, laissé seul, grimpé sur sa petite bicyclette rouge. L’enfant pédale, de toutes ses forces, face au soleil. Il ferme les yeux.

  • Attention ! hurle-t-elle.

Trop tard. Le vélo de Manek percute la pompe à bras. Rebondit contre la margelle du puits. L’enfant, précipité au fond. La mère croit entendre le rire grinçant d'une sorcière.

  Le surlendemain, Marie-Jeanne portait en terre les deux corps.

  Sans aucune pitié, la lavandière de la nuit ricane, là-bas, au bord de la Fraîchouze.

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2020 4 02 /07 /juillet /2020 16:37

Uni vers celle…

 

Je tir’ dix mille fils à la fois et je tresse

Une cartographie de ma belle jeunesse :

Je dessine et je peins la seule mappemonde

Où nos cœurs dansent, chantent, entre la terre et l’onde.

 

Ton œil comme un vertige bleu magique émoi

Ton sourire complice caresse sous mes doigts

Ta chevelure noire le doux grain de ta voix

Souvenir de ton corps immarcescible joie.

 

Je dessine et je peins la seule mappemonde

Où nos cœurs continuent de danser une ronde.

 

La ronde des beaux jours le présent qui roucoule

Une vue sur la mer, protégés de la foule

Le jardin prometteur à la terre fertile

La maison du bonheur et la rue bien tranquille

Et la respiration paisible de deux trembles

Semblables à nous deux ; dormons si bien ensemble.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2020 4 02 /07 /juillet /2020 16:37

Uni vers celle…

 

Je tir’ dix mille fils à la fois et je tresse

Une cartographie de ma belle jeunesse :

Je dessine et je peins la seule mappemonde

Où nos cœurs dansent, chantent, entre la terre et l’onde.

 

Ton œil comme un vertige bleu magique émoi

Ton sourire complice caresse sous mes doigts

Ta chevelure noire le doux grain de ta voix

Souvenir de ton corps immarcescible joie.

 

Je dessine et je peins la seule mappemonde

Où nos cœurs continuent de danser une ronde.

 

La ronde des beaux jours le présent qui roucoule

Une vue sur la mer, protégés de la foule

Le jardin prometteur à la terre fertile

La maison du bonheur et la rue bien tranquille

Et la respiration paisible de deux trembles

Semblables à nous deux ; dormons si bien ensemble.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 juin 2020 2 16 /06 /juin /2020 12:14

Noire fiction adossée à l’Histoire,

le roman de Charles Doursenaud « Chaque jour vers l’enfer » ranime les braises de cette terrible période de la Révolution française : la Terreur. En Bretagne, dans le département des Côtes du Nord ; et plus précisément, dans la partie Nord-Ouest de ce département, aux portes du Trégor.

Tiré par un efficace attelage - désir d’Histoire et désir d’esthétique – ce récit nous tient en haleine par ses effets de réel, un vocabulaire très précis et des dialogues aux niveaux de langue variés ; et surtout par des personnages fictifs ou historiques, mais véritables vivants, porteurs d’entrailles.

Que ce soit par la noirceur de certaines scènes poussées jusqu’à l’horreur, que ce soit par la rigueur historique et le travail d’archiviste mené par l’auteur, que ce soit par la comédie humaine exposée ici dans toute sa perversité et ses abus de pouvoir, ce roman met en lumière la décomposition sociale. L’écriture met l’accent sur les antagonismes de classe, insiste sur les personnages jaloux, sans foi ni loi, prêts à tout pour succomber à l’argent facile, profiter de ventes illicites. Déchéance et bassesse humaine sont ici de mise. Et cette mise en voix, polymorphe, politique et poétique, sociétale, terriblement humaine, donne à ce livre son rythme échevelé et sa noirceur. Même si l’humour, quelquefois noir, vient ébaucher chez le lecteur un timide sourire.

Le couple de « héros » qui mène cette danse macabre veut abolir les frontières de l’Art et de la bienséance par le truchement de têtes guillotinées. Toute doxa est ici remise en cause, au profit d’un égoïsme morbide qui tourne à la plus totale perversion. On n’en dévoilera pas plus. Car cette enquête au long cours, je dis bien enquête, recherche, au sens grec du mot Historia, est une quête du Sujet aux prises avec l’Histoire. Une quête de l’individu, souvent victime ou bourreau dans cette époque cruelle, amorale, si bien nommée La Terreur. Charles Doursenaud n’est cependant pas un juge, mais un historien et un artiste. Pas question ici de confondre l’auteur et le narrateur. De juger cette période révolutionnaire à l’aune de la nôtre en 2020. Si certains personnages (le Président du Tribunal, l’Accusateur public, l’Administrateur du Directoire, le Président du comité de surveillance – titres tranchants comme un couperet) sont tous atteints « d’une véritable paranoïa de l’ordre », leur seule description physique et morale (basée sur de réels témoignages et documents d’archives) est un réquisitoire sans appel. L’auteur prend la peine, par la férocité du trait – quelquefois un peu appuyé, mais c’est là la liberté de l’écrivain et je la respecte, à décrire des personnages qui usurpent la plupart du temps leurs pouvoirs et qui passent pour de méchantes et dangereuses marionnettes assujetties à un jacobinisme ubuesque. Gonflés d’orgueil, baudruches grenouillantes, ces citoyens qui se haussent du col nous rappellent la fable de La Fontaine : « la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf. »

Balzac, Dumas père et fils, Eugène Sue, Léon Bloy, Mirbeau, les feuilletonistes de la fin du XIX siècle, toute une littérature dont on sent que l’auteur est féru. Le titre des onze chapitres et la teneur du prologue de « Chaque jour vers l’enfer » sont la preuve de la maîtrise de notre écrivain d’origine trécorroise et dont la passion est de relater les faits historiques de cette époque à travers d’autres publications dont il a le secret : écrire avec déontologie sur la chose publique, les faits divers qui ont défrayé la chronique locale à diverses époques, la Bretagne et les Bretons. Le style de Charles Doursenaud est à la bonne hauteur : humaine ; mais une humanité dévoyée, plongeant, nageant et baignant dans les turpitudes les plus graves. Éros et Thanatos sont ici convoqués ! Tristes cires ! Pour la gloire d’un récit flamboyant. Dont l’écriture oscille entre Ombre et Lumière, entre cruauté et beauté. Beauté de la création littéraire où l’auteur distille avec science et conscience informations tirées d’archives, et intrigues romanesques, dignes d’un bon polar, qui nous invitent à tourner les pages avec frisson et désir d’aventures.

Les lauriers des vainqueurs ou des conquérants n’existent ici que s’ils ont été acquis à la faveur de la boue, du stupre et du sang. Sang des victimes, des sans grade, des bannis et des oubliés de l’Histoire. Les suppliciés crient vengeance et seul un auteur épris de son art d’écriture peut ici leur rendre leur humanité. En la personne d’un Pierre Taupin, personnage exemplaire qui relance le récit « où tout est bien qui finit mal ».

Sauf pour l’écrivain Charles Doursenaud qui mérite, en gardant la tête sur les épaules, les lauriers de la gloire et de futurs prix littéraires.

Œuvre au service de l’Art et de l’Histoire, ce roman est digne de figurer dans la bibliothèque d’un honnête homme qui a du nez. Et du goût pour le récit d’Aventure - éternel désir d’histoires et d’esthétique.

 

 

Yann Venner, Trébeurden, le 13 juin 2020

 

Partager cet article
Repost0
16 juin 2020 2 16 /06 /juin /2020 12:09

OMEGA

 

Je n’ai plus qu’un cri à pousser

Et me voilà désormais libre

Libre de toute logorrhée

Pour en finir avec les mots

Ne plus avoir à formuler

D’anacoluthes de litotes

Ne plus à forcer mon discours

A mâcher mon vocabulèvre

 

Cerveau d’une armée de sicaires

Je ne laisse aux mots rien en gage

Je ne parle plus à ma langue

Mollusque operculé déjà

La seule trace derrière moi

C’est un fleuve de sialorrhée

Où j’ai noyé toutes mes îles

Mon œuvre à naître : l’indicible

La source même du silence

La source même du silence

Partager cet article
Repost0
21 avril 2020 2 21 /04 /avril /2020 16:04

" Mêm' pas vrai !"

 

Un enfant a trouvé Respect et Tolérance

dans tous les dictionnaires du bon pays de France.

Il s'est dit : « C'est super ! J'ai des droits ! Vive l'enfance ! »

Il a aussi cherché ces mots-là dans la rue,

mais ne les a ni vus, ni lus, ni entendus.

C'était écrit partout sur les murs de la Ville

des injures, des gros mots, des choses horribles à dire :

« Retourn' dans ton pays, mort aux Juifs, sale raton !

Bougnoul, ou Nique ta mère, ou ton frère est un con ! »

Alors l'enfant trahi, déchiré par la honte,

a pris son dictionnaire pour un livre de contes.

 

Partager cet article
Repost0
20 avril 2020 1 20 /04 /avril /2020 17:54

PRIÈRE

 

 

Ma camarade,

A la peau désormais sèche,

A la chevelure

Pareille à un velours de givre

Qui recouvre par plaques

Un crâne pelé de femme

Stérile dans son cercueil de pétales

Morts dorés

Ma camarade qui gémit

Écartée du soleil

Sous l’ombrage de tes souffrances

Tu n’as plus le cœur à converser

Avec l’eau au pied du saule

Et des larmes de gel sur tes joues

Perlent solitaires

Dans le creux de tes rides amères

(Cicatrice fossile de tes premiers jeux)

Un cloporte égaré s’arrête muet

Il comprend sans maudire

Que l’humanité perforée

Etale ses blessures

Décousue, déflorée

Tu n’es plus

Sœur

 

NATURE MORTE

 

Inerte

Après les ébats du plaisir

Après les cris et les soupirs

Elle repose.

Dans la pâleur verte

De son oreiller de mousse tiède

Elle a le sourire

De celle qui s’est laissée

Surprendre dans son rêve

Par la mort.

Inerte dans la pâleur verte

Des grands ravages

Bucoliques.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les petits pas de l’aube

Glissaient

D’un pas tranquille

Sur les toits de mon rêve

Pour ne pas me réveiller

Ils avaient revêtu de soie

Leurs ballerines

Rosies de brume ;

Faisaient des entrechats

Tout au bord des gouttières ;

Guettant

Dans le plaisir de leur vertige

L’apparition soudaine

De mon réveil

Ensoleillé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Soleil musclé

Boule de biceps rouges

Aux rayons deltoïdes

Etreins les nuages étonnés

Dans ton gros rire matinal

Roule dans la dentelle humide

Des cumulus éparpillés

Et perce au pas de gymnastique

Ce firmament jauni d’étoiles anémiques.

Regarde bien ce matin neuf

De coq stupide et arrogant

De grenouille baillant

Aux paupières fripées

Et de crapaud poussif

A la lippe baveuse.

Dans la campagne ankylosée

Soleil

Jette ta poudre d’or

Aux yeux du matin blême.

 

 

 

 

 

 

 

TRISTE JARDIN

 

 

Les plate bandes s’insurgent

Contre le jardinier malfaisant

Qui les arrose tous les jours

A contre-courant.

Mais le pire,

C’est qu’il ne s’aperçoit pas

Que l’eau claire de son arrosoir

A transfloré les fleurs

En acier trempé

Et les pistils en fer plombé

N’ont du fer que faire.

L’étamine s’est noyée

Dans cette physique déplorable

Des prothèses en aluminium

En claquant des dents

Sous les soubresauts du pot de fer.

L’arrosoir, triste à pleurer, retient ses larmes

Pour ne pas accroître le ravage.

« A quand donc, pense-t-il

La liberté de la flore et ses rosiers ? 

Tout est couleur de rouille ici…

Et c’est l’été ! »

 

 

 

 

 

 

Une paire d’yeux perdus

Qui miroite

Dans le triste écho

Du soir grinçant

Dans le triste reflet

Du crépuscule lunaire

Qui broie,

Au moulin de la colère,

Son café d’étoiles

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SOLSTICE

 

Main d’or, aux doigts de flamme,

Main magique, aux doigts d’artificier,

Main jaune ouverte sur le monde

Ou aux doigts repliés

Boule brillante, rayons musclés

En coups de poing brûlant.

Main riche aux doigts irremplaçables

Main nourricière avec tes doigts d’artiste

Ranime, à la forge qui s’allume,

La Terre mouillée de rêves,

Toute empêtrée de nuit

Dans ses draps fatigués.

Soleil, main d’or musclée

 

Œil tout puissant du ciel c’est l’est,

Œil oriental aux cils ardents

Anneau lumière et cils géants

Œil nu à la pupille en flamme

Œil immobile et suspendu

Bardé de flèches irisées

Œil lumière regarde fixement

La Terre qui fait feu des deux faces

Et qui te tourne autour saison après saison

Soleil, œil nu du ciel en marche

 

A chaque fois de la même façon

Achève son travail :

Se lave dans la mer,

Rentre dans son écrin :

Tous les doigts dans la main magique,

L’œil dans la paupière du ciel.

Ainsi jusqu’à demain,

Main d’or aux doigts de flamme,

Jusqu’à l’aube nouvelle

Œil oriental aux cils ardents

Soleil, main d’or musclée,

Œil nu du ciel en marche.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LE JARDIN DES MIRACLES

 

Dans mon beau jardin poussent :

Des tracosphères charismatiques,

De miraclifiques crapaudontes bouillaveux,

Des carembones aquatiques,

Des gromellus tétarinés,

Des asclépiades nains exotiques,

Des lactitudes rougeoyantes,

Et des nepharnia grenouillantes.

 

Si vous voulez le visiter,

Venez m’en demander la clef

 

 

 

 

 

 

 

 

LA LEÇON DE PEINTURE

 

Immobile et figé telle une image sainte

Le paysage est là posé comme une empreinte.

Pas un bruit, pas un pas ne trouble cet instant.

Le peintre à sa palette choisit des touches d’or

Pour signifier le ciel, l’en-haut, le firmament ;

Il prend un peu d’argent pour le rendre aux étoiles

Puis du blanc pour la nuit

Car la nuit est laiteuse

L’air moite et Bételgeuse

Fixe d’un œil moqueur cet homoncule artiste,

Ce faiseur, ce copieur de nature encadrée

Qu’il ira vendre un jour aux amateurs glacés.

Sur un simple tableau, une petite toile

Un morceau de pays, géométristemeort

Ira fleurir musées, salons, faire décor.

Le peintre achève alors son obscure besogne,

Assis, debout, râlant, il pille sans vergogne…

Et la nature s’endort, souillée sous son étreinte ;

Demain, au petit jour, elle ira porter plainte.

 

 

 

 

 

 

 

ARCIMBOLDO

 

 

 

(Peintre qui représentait souvent le visage humain ou des corps,
avec des fruits, des livres, des objets…)
*
J’ai la nature en moi
accrochée à mes trousses
qui sans cesse repousse
mon squelette de bois

Mes nerfs sont des racines
sculptés parmi la mousse
de ma chair que ravinent
des torrents d’herbe rousse

Mes veines des ruisseaux
en fuite dans la plaine
de mon alter ego
qui court à perdre haleine

Essoufflé je m’éteins
comme un vieux ver luisant
fossoyeur du chagrin
à la lampe d’argent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DERNIÈRE PLUIE

 

Soleil, flambée d’écume au large de minuit,

Le poème n’est plus qu’un babil qui m’ennuie

Le phare d’Alexandrie fouille dans son grenier

Cherchant du neuf encore au milieu d’un guêpier

Ulysse, Alice, hélas !

Ô miroirs éclatés !

Qui nous récitera en douces mélopées

La molle éternité aux yeux de ritournelle

Ou les cris du présent

Infesté de crécelles ?

Plus jamais le soleil, ni trouble ni repos

La vie est ainsi fête

Aux marges du sanglot

Paradoxe ineffable au goût d’absence beige

Je me fonds dans le globe d’une goutte de neige

Dilué disparu enfui dans la lumière

J’ensemence l’espace d’atomes ingénus

Et si je vous écris et si je vous salue

Donnez-moi le bon jour

Car je suis né d’hier

GOURMANDISE

 

 

L’abeille baille sous le soleil

Qui voudrait tremper ses rayons

Au cœur de la ruche en émoi.

Chut ! L’abeille s’est endormie.

Laissons l’astre boire à la paille

Le doux nectar au goût exquis.

 

 

 

 

 

SOLSTICE

 

Main d’or, aux doigts de flamme,

Main magique, aux doigts d’artificier,

Main jaune ouverte sur le monde

Ou aux doigts repliés

Boule brillante, rayons musclés

En coups de poing brûlant.

Main riche aux doigts irremplaçables

Main nourricière avec tes doigts d’artiste

Ranime, à la forge qui s’allume,

La Terre mouillée de rêves,

Toute empêtrée de nuit

Dans ses draps fatigués.

Soleil, main d’or musclée

 

Œil tout puissant du ciel c’est l’est,

Œil oriental aux cils ardents

Anneau lumière et cils géants

Œil nu à la pupille en flamme

Œil immobile et suspendu

Bardé de flèches irisées

Œil lumière regarde fixement

La Terre qui fait feu des deux faces

Et qui te tourne autour saison après saison

Soleil, œil nu du ciel en marche

 

A chaque fois de la même façon

Achève son travail :

Se lave dans la mer,

Rentre dans son écrin :

Tous les doigts dans la main magique,

L’œil dans la paupière du ciel.

Ainsi jusqu’à demain,

Main d’or aux doigts de flamme,

Jusqu’à l’aube nouvelle

Œil oriental aux cils ardents

Soleil, main d’or musclée,

Œil nu du ciel en marche.

Partager cet article
Repost0
20 avril 2020 1 20 /04 /avril /2020 17:44

Le mot est un oiseau :

– Martinet, griffe l’air,
inscris tes paraphes,
ta signature trempée
dans l’encre des orages.

– Mésange à tête noire
grave dans le bois
ton chant d’amour, picoré à tue-tête.

– Merle, inscris
tes pas sur la neige,
en vers libres.

– Aigle, tournoie
au-dessus de ton aire,
dessine un poème de joie.

– Moineaux en nombre
écrivez des mots insensés
dans les arbres de ma rue….

 

Partager cet article
Repost0
20 avril 2020 1 20 /04 /avril /2020 17:38

ARCIMBOLDO

 

 

 

(Peintre qui représentait souvent le visage humain ou des corps,
avec des fruits, des livres, des objets…)
*
J’ai la nature en moi
accrochée à mes trousses
qui sans cesse repousse
mon squelette de bois

Mes nerfs sont des racines
sculptés parmi la mousse
de ma chair que ravinent
des torrents d’herbe rousse

Mes veines des ruisseaux
en fuite dans la plaine
de mon alter ego
qui court à perdre haleine

Essoufflé je m’éteins
comme un vieux ver luisant
fossoyeur du chagrin
à la lampe d’argent.

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog littéraire de Yann Venner
  • : poèmes publiés en recueils de l'auteur, ses romans noirs & cocasses, articles divers autour du polar, des littératures du Maghreb...
  • Contact

Recherche

Liens